Echange de mail avec un journaliste

Publié le 13 Janvier 2009

Le 2 janvier dernier, je recevais un mail d'un journaliste. Celui-ci avec une consoeur, préparent une biographie sur Jean François Copé. Je me suis demandé si je devais ou non évoquer cette solicitation sur le blog. Si vous lisez cet article vous savez déjà le choix que j'ai fait ^^. Mais vous n'en savez pas encore les raisons. Je ne les ai d'ailleurs pas clairement données non plus au journaliste qui me solicitait. J'ai choisi de publier cet échange, parce qu'il me donne l'opportunité de donner quelques explications, et de faire aussi un instant la critique de l'information (spectacle) et des media. Je vous invite à lire cet échange de mail, ci-dessous :


Premier mail >
"OBJET : bouquin sur Jean-François Copé
Bonjour,
Journaliste au service politique de l'AFP (responsable de la couverture du Parlement), je me permets de vous contacter car j'écris actuellement un bouquin (bio-portrait) sur Jean-François Copé, avec une consoeur du journal La Croix. En parcourant le net, je suis tombé sur votre blog que j'ai trouvé fort intéressant. Aussi aimerions-nous vous rencontrer pour discuter avec vous de Meaux et de son maire, sous la forme que vous souhaiterez (ON, OFF) !
Je vous laisse mon tel 06 ** ** ** **
A très bientôt, j'espère
Frédéric DUMOULIN"


Ma réponse >
"Bonjour
Si il avait s'agit de parler de Meaux, j'aurai été ravi d'échanger avec vous. J'ai pas mal à dire sur cette ville. Mais je ne vois pas bien ce que je pourrais vous raconter de pertinent sur la personne de Jean François Copé. Même à propos du maire de Meaux... Oh, aller : vous dire que Jean François Copé est un bon maire quand il fait de bonnes choses pour sa ville et un mauvais maire quand il oublie sa fonction ? Comme n'importe quel autre élu. C'est bien tout.
Je ne sais pas si il est important que vous le sachiez, mais je vous le notifie quand même : le on/off ne me concerne pas. Je ne suis pas journaliste, pas impliqué dans les "affaires" de la ville et je n'entretiens aucune relation, même lointaine, avec les élus de Meaux, acteurs sociaux, associatifs et politiques de la ville.
A mon avis, je ne pense pas être un interlocuteur valable dans votre enquête. Maintenant à vous de voir. Si vous êtes convaincu du contraire je reste à votre disposition. Et on verra ^^ !
Voilà. Merci. Et... meilleurs voeux cette nouvelle année ;-)
Cordialement
Fabien B."


Second mail >
"Fabien,
Je vous remercie d'avoir répondu aussi rapidement.
Nous comptons venir dans les prochaines semaines un ou deux jours à Meaux pour rencontrer certains interlocuteurs. Peut-être pourrions-nous prendre un café ensemble à cette occasion ?
Accepteriez-vous de me donner votre numéro de portable ?
Cordialement et très bonne année 2009,
Frédéric"


Réponse finale (le lendemain) >
" Bonjour
J'ai pris le temps de la réflexion. J'émettais quelques doutes dans le mail que je vous ai envoyé hier. Je n'en ai plus aujourd'hui. Je suis désolé, je ne souhaite pas donner suite à cet échange.
Bon courage pour votre travail.
Cordialement
Fabien B."



Je n'ai pas été le seul à avoir été contacté. Le bloggeur BENJAMIN aussi (et dans des termes à peu près identiques ^^). Et je suppose d'autres, mais que je ne connais pas.

Je donne dans le mail une raison suffisante, et vraie à mon sens : Il ne s'agit pas de parler de Meaux, mais de Jean François Copé. Et mon témoignage n'a pas d'intérêt puisque je ne connais pas Jean François Copé.

J'ai hésité pourtant à accepter cette rencontre. Parce que j'ai montré plus d'une fois mon désacord avec la politique municipale et les choix de Monsieur le Maire vis à vis de la ville, et ici même. Cette rencontre c'était une opportunité pour les rappeler. Mais plusieurs choses et quelques réflexions, m'ont convaincu du contraire. Et notamment que ce n'est pas dans une biographie dédiée à Jean François Copé que je pourrais défendre un quelconque avis sur la ville. Ca semble évident non ?


Je pense (comme pour Benjamin), que j'ai été approché parce que je fais figure "d'opposant" poil a gatté à de la majorité de Jean François Copé, et parce que je fais entendre une voix discordante en "locale". Or je me suis toujours toujours défendu de se statut d'opposant, ou d'opposition. Je ne vois pas pourquoi je changerais d'idée maintenant. Ou que je me contredirais en acceptant de témoigner en ce nom. Etre "l'opposition" n'est pas forcément une plaie, surtout quand ça fait avancer les choses (c'est quand même rare). Mais ça peut aussi vous désservir. Et je suis suffisamment sensé pour ne pas no plus me porter préjudice ^^. Et j'ai encore envie de défendre mon point de vue sur la ville.


Avec le temps, et de multiples solicitations (celle ci n'est pas la première), je suis devenu également méfiant vis à vis des journalistes et de la chose médiatique en générale.
Je ne cherches pas la renommée à travers ce blog. Juste à parler de la ville (et en m'effaçant le plus possible)
Or ce que peut, au mieux, vous proposer ce type de solicitation c'est de voir citer votre nom, ou faire de la figuration, dans un sujet dont au final on se fiche comme de l'an 40.
Et puis les propos que vous tiendrez (même si on s'en fiche relativement) vous ne savez jamais comment ils seront interprêtés ou présentés. Ce qu'on en retiendra ou ce qu'on en fera (et peut-etre quelque chose de complètement différent).  Le "ON" et de "OFF" est significatif de ça : vous me dites quelque chose, "ON" je le dis et "OFF" je le garde pour moi. Mais ça ne tient qu'à la parole de votre interocuteur ! Commérages, rumeurs, hypocrisie et petits secrets entre ennemis, voila bien tout ce qui se cache derrière le on et le off, qui ne concerne au final que journalistes et politiciens : ravis pour les uns de les recueillir, pour les autres de les dires. Si vous n'êtes ni politicien ni journaliste, autant préférer ne rien dire.

Ne pas savoir comment sera traité votre témoignage. Voila encore pourquoi j'ai refusé, avant cela, le reportage sur les référents de proximité. Comment peut-on parler de quelque chose sans savoir comment il sera présenté au final ? Sans savoir la subjectivité de l'interviewer ou du monteur? Et surtout sans savoir le discours de l'autre (la voix opposée) ? Un sujet un peu sensible (si on le considère comme tel bien sur), se doit d'être discuté. Ca ne peut pas se résumer à un inventaire d'arguments "pour" et d'arguments "contre" présentés on ne sait comment. Et point d'objectivité là dedans ! A raison de plus quand il s'agit de la télévision. Où en plus d'être trafiqué, votre discours est passé à la moulinette de l'émotionnel, ou du sensationnel. Dans un texte écrit il y a toujours trace d'une réflexion. Mais à la télé il n'y a que le "spectacle". Et comment parler des choses si le discours passe en second ? Et quel est l'intérêt d'en parler ? Peu importe le fond, seule la forme compte, que la façon de raconter. Et c'est sans doute pourquoi on fabrique du "sujet" à la chaine, pour remplir sans fin le tonneau des danaides mediatique, bouche toujours affamée d'information sensation...


Je fais ce blog, pour donner un autre sens à l'information : en la donnant à discuter, et en la soumettant à la critique. Même si il s'agit d'information très locale (elle est parfois pas moins importante). Faire preuve de sens critique, ce n'est pas ce que l'on fait en donnant son témoignage à un journaliste. Maintenant je n'exclus pas un jour d'avoir recours aux media, ou à témoigner. Mais dans deux circonstances, qui seraient aujourd'hui : de parler de la ville, ou de parler du blog.

Rédigé par F.B.

Publié dans #070 Media : Presse - Radio - TV

Repost 0
Commenter cet article

BSS 30/01/2009 20:04

Merci M. Benjamin (?)*. Si une modeste prose peut en faire rêver certains, c'est déjà un bon résultat. Vous avez entièrement raison, il ne faut pas se prendre au sérieux. La "fraternelle des Blog Brothers" non plus d'ailleurs. Se mettrait-elle donc en route ? Je ne suis pas certain qu'une fausse polémique fasse rêver qui que ce soit. Gardez votre énergie pour d'autres causes. Ne perdez pas votre temps avec quelqu'un "qui a tous les vices... puisqu'il est journaliste". (Ah, oui, c'est vrai, c'était de l'humour. Je m'en tiens encore les côtes, les larmes m'en inondent les yeux... bref, j'exulte !)Merci également pour le bel enseignement que vous me transmettez du haut de votre expérience. J'apprends donc que la rubrique "commentaires" de certains blogs ne doit être utilisée que pour "caresser les blogueurs dans le sens du poil" (voir supra).Je vous prie d'avoir l'extrême obligeance, voire, la grande bonté de bien vouloir excuser ma faute de goût, d'avoir osé l'outrecuidance de vous faire part de mon étonnement (irais-je jusqu'au courroux ?), de lire des injures envers les journalistes, ces chiens, comme dirait l'autre.Ce fut un réel plaisir d'échanger avec vous Messieurs. Des propos de qualité, de l'excellente tenue, du verbe pertinent. En un mot comme en cent, de la francophonie de qualité, vous êtes mes Maîtres et suis votre humble serviteur**Je vous souhaite, tout comme à M. F.B.* un excellent week-end et de beaux articles passionnants sur vos blogs. Puissiez-vous aussi en faire rêver certains.... j'attends avec impatience ces bons moments à venir. Si, si, je ne désespère pas, gardez confiance, je suis sûr que vous en êtes capables. S'il vous plaît, faites-moi rêver Messieurs ! Et mieux encore, du rire Messieurs, du rire vous dis-je...* Ah ! Le confort douillet de l'anonymat !** ça va là ? C'est assez dans le sens de vos poils ? 

F.B. 30/01/2009 22:54


... mais le rire c'est vous qui nous l'apportez !


Les commentaires de cet article sont fermés.


Benjamin 30/01/2009 18:55

Il faut dire que la prose de Mr BSS laisse parfois certains rêveurs... Il est vrai que si son journal fonctionne ça doit plaire.En tout cas, vaut mieux éviter de confondre "prendre les choses au sérieux" et "se prendre au sérieux"

BSS 29/01/2009 17:46

MORT............DE............RIRE

F.B. 29/01/2009 18:47





B.S.S. 29/01/2009 16:47

Ah ! Bon..... c'était de l'ironie !!!! Mais certainement savez-vous que les blogs sont soumis à la loi du 29 juillet 1881 et qu'à ce titre : "Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation . La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l'identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés. Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure ."La vie est belle, il fait beau, et à ne pas vouloir parler des édiles, vous fustigez les journalistes. Continuez, vous êtes sur la bonne voie. En dire plus serait perdre du temps, vous faire bien de l'honneur cher non-confrère (et même de la publicité... gratuite). Evidemment...... c'est de l'humour... n'est-ce pas ? Vous aussi, êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez... 

F.B. 29/01/2009 17:38


Citer un texte de loi : "ouh lala, je suis impressionné !" (ironie)

Monsieur de Saint Sernin, je ne sais pas ce qui me vaut une telle animosité de votre part. Je me demande ce que j'ai bien pu vous faire. Certainement rien. Maintenant, si ce que j'écris (en tout
amateurisme), vous gêne ou vous déplait, alors ne lisez pas ce blog !
Et je vous en prie, ne commentez pas ! Vous vous rendrez service en évitant de vous couvrir de ridicule.


Bruce de Saint-Sernin 29/01/2009 11:44

Suuréaliste.... "... a tous les vices, puisqu'il est également journaliste" Bravo Monsieur, en effet, vous avez raison de dire que vous n'êtes pas de cette profession, puisque nous avons tous les vices.

F.B. 29/01/2009 13:23



Et certains n'ont même pas le sens de l'ironie ^^... merci monsieur BSS, vous m'avez donné de quoi rire pour la journée ! (Mort de lol).