Fougère (1965-2008)

Publié le 24 Juin 2008

Dimanche prochain, 29 juin 2008 à 13h, le quartier Dunant verra s'écrouler sa dernière grande barre de logements HLM. Construit dans les années 60, le bâtiment F, dit Fougère, est la derrnière barre, du grand ensemble de la Pierre Collinet. Presque effacée de la mémoire locale, le souvenir de ce quartier perdurera encore tant que les trois tours d'habitation H, I, et J, resteront debout. Lors du dernier commité interministériel des villes, a été accordé à Meaux une "rallonge" de 10M d'€ qui devrait permettre d'en finir définitivement et donner le coup de grace à cette expérience urbaine : la destruction des tours devrait être programmée autour de 2010.

Fougère disparaît, sans réels regrets. Parce que le rituel de démolition même si il est toujours aussi impressionant et spectaculaire, n'est plus aussi choquant que la première fois. Et il y en a eu des destruction depuis "Eglantine". Et parce que le bâtiment et ses abords était devenu une zone de non droit.



Le bâtiment A s'effondrant sur lui même. Cette photo a été réalisée par le photographe Mathieu Pernot, qui réalisa entre 2000 et 2006 une série  intitulé "'implosions" à l'occasion de démolitions de barres HLM, comme à Meaux. Cette image figure dans le numéro 450 de Juin du magasine PHOTO.


__________


A MEAUX, DESTRUCTION DE FOUGERE, DERNIERE BARE DE LA "PIERRE-CO" (dépèche AFP)

" La barre Fougère, vestige des années 1960 comptant 309 logements sur quinze étages, sera détruite dimanche à Meaux, devenant le dixième bâtiment de ce type à être mis à terre depuis 1990, dans le cadre d'une opération de rénovation urbaine de grande ampleur. 


La destruction de Fougère est la dernière à intervenir dans le cadre de la convention signée entre la mairie de Meaux et l'Agence nationale de la rénovation urbaine (ANRU) en 2004, pour rénover les quartiers sensibles de Beauval et de la Pierre-Collinet (25.000 habitants, la moitié de la population meldoise).

La barre sera détruite à 13H00 précises selon la double technique de l'implosion par foudroyage intégrale (pour la partie sud du bâtiment) et du basculement (pour sa partie nord), technique choisie en raison du passage d'une importante canalisation d'eau potable à proximité du bâtiment, selon le dossier de presse.

104 familles habitaient Fougère jusqu'à il y a quelques mois, et ont pu être relogées en fonction de leurs demandes, selon la mairie.

L'opération de dimanche va nécessiter 215 kg d'explosifs, 1.030 détonateurs et la mobilisation de près de 400 personnes travaillant pour la ville, l'OPAC, les entreprises de démolition ou les forces de l'ordre.

Par mesure de sécurité, plus de 500 logements situés dans un rayon de 200 mètres autour du bâtiment, soit 1.700 personnes environ, seront évacuées de 9H00 à 16H00.

Le coût total de l'opération (processus technique, relogements et déménagements des familles) s'élève à 3,15 millions d'euros, financés par l'Etat et l'OPAC de Meaux.

Fougère est la dernière des barres du quartier de la Pierre-Collinet à être démolies. Ces barres, d'abord baptisées A, B, C, D, E, F, puis renommées de noms floraux, avaient été édifiées par l'architecte Jean Ginsberg entre 1959 et 1965, dans le cadre du programme d'aménagement de la région parisienne dit des "3M".

Après sa destruction, il ne restera plus dans ce quartier que trois bâtiments de cette époque, les tours I, G, H, de 22 étages chacune. Elles devraient être elles aussi rasées dans les prochaines années, François Fillon ayant à cette fin annoncé une aide de l'Etat d'une dizaine de millions d'euros le 20 juin.

Sur le quartier voisin de Beauval quatre "caravelles" de 250-260 logements chacune ont été démolies entre 2002 et 2007.

La convention signée avec l'ANRU prévoyait sur 2004-2008 la démolition de 1.107 logements HLM et la création de 1.239 logements, dont 519 logements locatifs sociaux, afin de favoriser la mixité sociale. 310 logements sociaux ont été livrés ou le seront courant 2008.

Elle prévoyait également des opérations de résidentialisation, de réhabilitation, la création d'équipements, de nouvelles voies, l'aménagement des zones naturelles, toutes opérations en passe de se terminer."

Rédigé par F.B.

Publié dans #710 Urbanisme - Paysage

Repost 0
Commenter cet article

Pitikweena 07/07/2008 18:32

2 sur 3 ... J'y étais presque...

céline B 06/07/2008 15:35

Pour info: les trois dernières tours de Collinet sont Genêt, Hortensia et Iris...

Pitikweena 29/06/2008 23:57

Vers 13 h 00, j'ai entendu un gros boum.Connaissant mon voisin pour ses flatulences aussi sonores que les tambours du Burundi, ça ne m'a pas étonnée outre mesure... ^^Je plaisante, je ne connais meme pas mon voisin lol ! C'était en effet le grand bruit de l'immeuble Fougères tombant par terre !Je ne m'y suis pas rendue, mais j'assisterais en revanche (je l'espère) à la démolition du tripode à savoir H (hortensia) G (geranium) et I (iris) (je ne sais meme pas si ce sont leur noms...)En effet ma famille, mes grands parents et parents ont grandi la bas. C'est chargée d'émotion que j'assisterais à la fin d'un quartier populaire, où il faisait bon vivre jadis, malheureusement rendu impopulaire par 2/3 histoires.D'ici là j'espère que les familles seront relogées, et que les constructions futures seront accessibles pour les locataires, que l'Opac n'aura pas une liste d'attente de 3 ans (oui j'aime rever)Au revoir Fougères, et merci d'avoir abrité quelque temps des familles qui n'auraient probablement plus de toit sans toi (toi toi mon tout moi roi...)

P.Claudel 27/06/2008 17:23

J-2, enfin !!! Non pas que cette démolition soit attendue comme salvatrice ou évènementielle, mais depuis deux semaines, la vie devient rude dans le voisinage de la barre.Ballet incessant d'agents municipaux chevauchant balayeuses, laveuses ou tondeuses, police municipale déblayant le terrain des voitures épaves... le grand Jeu...La visite du Pape en personne ne déployerait pas moins de moyen.Que notre cher Maire en profite pour faire parler un peu de Meaux et beaucoup de lui, c'est son problème, mais qu'il songe aussi aux habitants déjà confrontés à toutes les nuisances de la réhabilitation de Beauval, sans en rajouter de supplémentaires.Pour au final, recouvrir le quartier d'un nuage de poussière dans 48 heures....