Municipales Meaux 2008 : De la ville de Meaux.

Publié le 29 Janvier 2008

J'ai voulu écarter le débat politicien de la réflexion sur la ville. D'abord pour pouvoir parler sur les problématiques de la ville de façon apaisée, détachée des querelles partisanes. Ensuite pour permettre à chacun à partir des réflexions qui vont être développées ici et dans les prochains articles, sur les problématiques posées (et la liste ne sera sans doute pas exhaustive), de développer un regard critique vis à vis des propositions des différents candidats se présentant à la mairie de Meaux (c'est à dire qu'est-ce qu'on me propose ? Est-ce telle proposition est juste, fausse, utile ou bien gadget ? Et à quel degré suis-je concerné ?...), et de faire un choix, le plus éclairé possible.


Je vous propose donc de survoler avec vous les quelques grandes thématiques dans lesquelles se retrouvent les enjeux qui concernent la ville de Meaux aujourd'hui.


Je commencerais par le logement. Puis viendront l'urbanisme, la fiscalité, l'écologie, le social, l'emploie et enfin la culture et les loisirs.Cette liste n'est pas figée pour l'instant. Il est possible que je renomme certains thèmes, peut-être en rajoute ou en supprime. Certains occuperont peut-être plusieurs articles. Je reviendrais sur cette liste quand tous les articles auront été publiés.



Une chose en passant. Je n'ai pas mis dans ma liste Développement Durable. Pourquoi ?

Et bien parce que ce concept est une démarche d'action globale, et qui contient en elle les notions d'économie, d'écologie et de social, auxquelles je consacrerais un chapitre. J'en ai de plus une vision personnelle qui m'encourage à voir dans le Développement Durable, quelque chose de la ville telle que l'on connue nos parents ou grands parent. Un regard en arrière vers les années 60-70, avant l'époque de la ville consumériste (c'est à dire, voiture, étalement urbain, grandes surfaces, transports en commun, vie de la cité, citoyenneté, conscientisation, responsabilisation des habitants,... et toutes ces choses abordées par le biais du Développement Durable aujourd'hui). Une conception de la ville un peu passéiste, mais surtout humaniste (qui replace l'homme et la femme au centre des considérations), sensible, reconnectée à la réalité (dans un monde de plus en plus virtuel), faites de bon sens ! Enfin, j'ajouterais : redonnant aux habitants la CULTURE DE LA VILLE et la CONNAISSANCE DE LA NATURE !


Difficile d'expliquer ces deux idées simplement. Enfin je peux essayer (certains pourraient l'expliquer mieux que moi) :
Dans connaissance de la nature, il y a une considération écologique évidente ; et c'est par exemple comprendre et accepter les cycles naturels, les saisons, les crues des rivières, le temps pour les plantations... bref a voir conscience de la nature, la toucher de près, et ne pas lui opposer la ville d'une manière brutale et déconnectée de cet environnement qui nous est vital !  Cette considération appelle principalement à la tempérance. C'est ce connaître soit même et se reconnaître comme faisant partie de la nature.
Et pour la culture de la ville, il s'agit de connaître l'histoire du lieu où l'on vit, de ceux qui nous on précédé, vont suivre, des constructions, reconnaître l'architecture, savoir un peu l'évolution de la forme la ville, mais aussi la société qui la compose, son tissu social, savoir ce que c'est de faire commune, les valeurs qu'on partage,... bref un peut tout ce que j'essaie de vous faire passer à travers ce blog. On touche par là au fait politique, c'est à dire : la vie de la polis (ou de la cité).


On a tendance a user et abuser du terme de Développement Durable en ce moment. Il est à la mode. A noter qu'il n'y a aucune critique vis à vis de ce concept, à juste titre certainement. Mais le Développement Durable fait aussi figure de promesse non tenue, tellement il est mis à mal tous les jours par des décisions qui vont à l'opposé absolu. A voir par exemple l'une des "propositions Attali" pour la croissance, de se prononcer pour l'augmentation et la libéralisation totale des grandes surfaces... Grosse erreure bien entendue, "anti Développement Durable" au possible. Je serais tenté de dire personnellement que le développement durable de nos vies passe par un abandon massif de nos habitudes de consommation. Une NON croissance, voir une décroissance ? Enfin bon, à prendre avec des pincettes...  



Et bien voilà... à suivre !




Dernière chose ! J'essaierais de produire ces textes assez rapidement. J'aimerai me donner une semaine pour pouvoir avoir le temps par la suite de les discuter, de les commenter avec vous, et continuer à les faire vivre jusqu'aux élections en mars prochain. Et après qui sait (non non je ne me présente pas ^ ^) 

;-) 

Rédigé par F.B.

Publié dans #320 Politique

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Benjamin 06/02/2008 16:00

Je ne vous suspectais nullement de cela, Fabien, vous êtes trop intelligent pour ne pas tomber dans ces travers, et vous n'êtes pas hypocrite.Mais il faut prendre garde aux récupérations. Notre vénéré président qui avait promis d'être avant tout l'homme du pouvoir d'achat a récemment évacué cette question d'un revers de main, pour nous balancer le concept fumeux de politique de civilisation auquel il ne comprend vraisemblablement rien compte tenu de son degré d'inculture: la fréquentation de Barbelivien ne prédispose pas à bien comprendre Stiglitz. Et je crains fort, personnellement, que cette notion de décroissance douce avancée par les alters, essentiellement (et qui sont cohérents en cela même si je ne me reconnais pas du tout dans leur manière de voir) ne soit récupérée par le libéralisme pour... justifier encore davantage de restrictions pour les créateurs de richesse - à savoir les salariés.

Benjamin 31/01/2008 17:28

La non croissance, voire la décroissance ne peut s'imaginer qu'accompagnée d'une redistribution massive des ressources et de la production nationale, et même mondiale. Parce qu'aller expliquer à une mère de famille qui vit seule avec son gosse et un SMIC (si encore elle a la chance de travailler à temps complet) que pour sauver la planète elle doit faire l'effort de consommer moins...

F.B. 03/02/2008 15:30

Il y a des mots que je devrais éviter d'écrire... a raison de plus quand je ne les maîtrise pas où qu'il demandent une explication. ^^Benjamin, cette "décroissance" était une légère digression de ma part. Une supposition. Appuyée sur le fait que le message du Développement Durable est de remettre en cause la production industrielle et mettre un frein à la consommation abusive des ressource naturelles, et que c'est la définition aussi de la décroissance. Remettre en cause la Croissance ça peut-etre tout simplement revoir les critères qu'on donne à cette croissance : le niveau de vie des habitants, l'éducation, la culture, les services, l'intelligence, etc., tout ça est aujourd'hui évacué de la notion de Croissance. Pourquoi ? La croissance fait figure de concept déshumanisé (comme la haute finance aujourd'hui). Après il est facile de la caricaturer et de tomber dans l'extrème inverse, ce que vous avez peut-être compris Benjamin ? Evidemment qu'il ne faudrait pas qu'au nom de la décroissance on tombe dans l'effet pervers que vous nous montrez. C'est stupide. Sachons raison garder ;-)