Square Daniel Ceccaldi : exemple d'un espace vert stupide.

Publié le 27 Mars 2007


Réalisé il y a un an environ, le Square Daniel Ceccaldi, qui se trouve en limite du quartier du Marché, rue des Fusiliers, n'est pas une réussite.

Je ne sais même pas pourquoi on l'a fait. Si ce n'est parce que la ville s'est fixée l'objectif de réaliser des espaces verts « de proximité ». Alors on en fait des espaces verts de proximité. Autant le dire, je n'aime pas cette façon de penser. Si la ville a trop d'argent qu'elle puisse se permettre d'investir dans la création d'un jardin où personne ne va jamais (en tout cas je n'y ai jamais vu personne), bien ! Mais c'est mal utiliser l'argent de la commune, pour moi. Si on avait un peu réfléchi à l'espace public, on aurait peut-être vu qu'un square fermé à cet emplacement n'était peut-être pas la meilleure solution envisageable. Certainement avait on vu que les écoliers du groupes scolaire Luxembourg iraient y prendre leur goûter… Bonne intention peut-être, mais fausse bonne idée à l'arrivée.

Cet espace est fermé sur lui-même, fermé au sens introverti : il ne s'intègre pas à l'espace du canal Cornillon, ni ne participe de la rue des Fusiliers. C'est une impasse, entièrement clôturée, sans vue sur la ville, relativement exposé au bruit de la route, et ne possédant qu'une seule entrée. Si vous êtes claustro ne vous y aventurez pas, il ne s'en dégage ni un sentiment de sécurité, ni de quiétude. Pour un jardin il y a mieux !


Et puis surtout il est difficile d'acces. Le carrefour juste devant le square est dangereux et la traversée piétonne compliquée. Et les accès par le canal sont fermés jusqu’à nouvel ordre.

Côté aménagement du jardin en lui même, les jardiniers ont mis l'accent sur les plantes aromatiques... oui, bon... je n'en pense pas grand chose. Et pour les étiquettes indiquant le nom des plantes (côté didactique de la chose), j'ai vu mieux. Décevant quoi. Au reste, deux structures façon tonnelles sur un espace de pelouse pour accueillir des plantes grimpantes. Pas vraiment d'ombre. Et puis des bancs mis volontairement en quinconce (volontairement, puisque fixés au sol) et dont on se demande pourquoi ils ont été placé comme ça, qui encadrent la plaque dédicace à l'acteur Daniel Ceccaldi (né à Meaux); le pauvre que doit-il penser du square dont on a bâpitsé son nom...


Bref, un vrai raté de la part de la municipalité. Mais pas irrattrapable !


Il suffirait par exemple de le déplacer... Déplacer un jardin c'est possible ? Oui ! Tout à fait, et pas bien loin même. Sur la place de Valmy. La place qui est au coeur du quartier Luxembourg. Un espace fermé, calme, en accès direct au groupe scolaire Luxembourg, aux étudiants de l'IUT et aux usagers du CCL. Une place qui si elle accueillait encore il y a peu les préfabriqués temporaire de l'école Dolto, est dans son état originel et actuel aussi stupide comme espace publique que le square Daniel Ceccaldi ! Que fait-on sur cette place ? Réponse : rien ! Elle n'a aucun attrait, ni aucune fonction. Si il y avait des commerces (un café, un restaurant) au rez-de-chaussée des bâtiments qui l'entourent, cela  justifierait peut-être cette place. Mais pas de commerces, pas plus que l'éventualité d'y mettre un chapiteau pour une manifestation temporaire, par exemple. Non. Le seul intérêt de cet espace serait justement d'être un jardin. Prenez le Square Daniel Ceccaldi, mettez le sur la place de Valmy vous obtenez un espace public de qualité ! Mais qu’on soit bien d’accord : un jardin-jardin, pas de structure moche de jeux pour enfant. Lol. Reste à le décider…

Et que faire alors à la place du square Ceccaldi ? Et bien plusieurs possibilités. La première serait de décider de l'abandonner, carrément, et de le redonner à la construction ; d'un bâtiment public, privé, peu importe. La seconde serait de le repenser, mais dans une réflexion menée globalement sur le canal Cornillon. Cet espace mériterait d'être ouvert (comme il l'était avant cela dit). Le rendre à la minéralité ? Un espace simple. Un espace de représentation portant un signal urbain ou sculptural ; pourquoi pas par exemple le "vitrail" qui trône aujourd'hui place de  l'Hôtel de Ville ? Pourquoi ne pas en faire un lieu du "souvenir", en y mettant le monument au déporté, qui aujourd'hui se trouve dans un coin de la place Henri IV ? On peut imaginer d'autres choses, d'autre fonctions pour ce lieu... Du moment qu'on pense les choses, il y a peu de chance que celles-ci soient ratées.

Rédigé par F.B.

Publié dans #710 Urbanisme - Paysage

Repost 0
Commenter cet article