On écrit sur les murs et...

Publié le 11 Février 2007

Et puisque j'en suis à évoquer les graphes, les tags, et autres petits mots laissés là par un inconnu de passage, je me suis rappelé en avoir vu un il y a peu, sur le portail de la chapelle Jean Rose et qui m'avait interpelé. Le portail qui donne rue Saint Remy, surmonté d'un ECCE HOMO (expression qui signifie "voici l'homme" ; représentation du Christ pendant son calvaire, et courroné d'épines). On peut lire à coté de la plaque indiquant monument historique, le nom CHEVERNY.

Chose amusante, ce nom porte plusieurs sens en lui. Ce qu'a voulu laisser l'inconnu qui l'a gravé dans la pierre délitée du monument, est un hommage au bâtiment où il a vécu et au souvenir qu'il y a laissé. Cheverny c'est le nom que l'on a donné à l'une des Caravelles, ces bâtiments tripodes construits à Beauval, et implosé dernièrement (comme Chenonceaux, Chambord, et bientôt Cornouaille). Un nom laissé sur un monument délaissé, et caché, qui prend du coup des allures de mémoriale à la gloire passée des barres et tour d'habitation (une dédicace aux victimes de l'urbanisme Moderne ? Disparues dans une implosion...). Il y a de la poésie là dedans.

Si vous entrez dans la cathédrale vous verrez le même genre de graffitis sur les piliers de la nef. Et pas des graffitis récents ! Si vous prenez la peine de les lire (ou plutôt de tenter de les déchiffrer), certains sont même très anciens. Amusant de voir comment les gens éprouvent le besoin de laisser la trace de leur passage dans certains lieux. Du simple touriste en visite, au soldat loin de sa patrie...


Il y a quelques mois était visible un "portrait" sur l'une des façades de la gare de Meaux. Il était mal dessiné, du moins on le jugera comme tel. Et pourtant je l'avais trouvé attirant, intriguant, intéressant. Un visage expressif. J'en ai fait une photo. Depuis il a été effacé. Je le regrette en partie. Voila comme on peut être toucher par un dessin fait à la va vite sur un mur.

Rédigé par F.B.

Publié dans #730 Art Urbain

Repost 0
Commenter cet article