Decaux renouvelle son contract avec la ville de Meaux.

Publié le 1 Octobre 2006

J.C. Decaux vient de renouveler son contrat avec la ville de Meaux, sur les abri-bus et les panneaux d'affichages.

Sur le papier je ne sais pas de quand cela date - un communiqué sur le site de Decaux, accessible a cette adresse :
http://www.jcdecaux.com/content/jcdecaux_fr/presse/communiques/20062109.html  renvoie l'annonce au 21 septembre dernier. Mais en ville il se traduit par un changement complet des mobiliers urbains de Meaux (abri-bus, et panneaux support publicitaires, déjà changés ou en train de l'être, voir nouveaux !). 

Le choix a été de les vouloir tous identiques... De fait à Meaux on a tendance depuis quelques temps déjà à volontairement harmoniser le mobilier urbain de tous les quartiers ; la couleur brune des mobiliers était déjà un premier pas. On peut se demander si cette démarche est bonne ou pas : ne peut-il y avoir de particularités? Un dessin différent de quartier à quartier? De lieu à lieu ? Dans l'absolu, il est probable que oui. Mais pour une ville comme Meaux, marquée surtout par une forte dychotomie entre son centre historique et le quartier de Beauval, vouloir unir la ville par le mobilier, semble partir d'une bonne intention... Je vous laisse vous faire votre propre avis sur le sujet en vous renvoyant à ce débat datant de 2004 sur le mobilier urbain et partant d'une réflexion sur la ville de Bordeaux :
A quoi sert le mobilier urbain ?

L'abri-bus est l'emblème du mobilier urbain certainement, et Jean-Charles Decaux son inventeur en est le roi incontesté. Rappelons, que le mobilier urbain, vient de l'idée géniale d'associer service publique et support de diffusion publicitaire : la publicité payant l'entretiens des mobiliers, ayant fait la fortune de Decaux ! 
Mais l'abri-bus, objet publicitaire, c'est aussi la mobilité et donc intègre la notion de territoire : retrouver le même repère visuel dans une ville, comme un gimmick urbain n'est pas anodin. Son design (son image) est important, et moindrement ce qu'il porte comme information aussi (le weekend des Muzikelles, donc peu de temps après qu'ils aient été changés, les abri-bus arboraient le portrait de la belle Marie de Villepin (la fille de notre aristocrate de premier ministre), nouvelle égérie de Givenchy ^ ^ ) ; j'en prend pour exemple les entrées de métro d'Hector Guimard, devenues l'un des symboles de Paris (pourtant toutes les entrées de métro ne sont pas identiques, pas plus que les stations).

Le modèle retenu pour Meaux n'a sans doute pas été dessiné spécialement pour la ville. Mais choisi dans un catalogue (de nouveauté j'ose quand même espérer). Decaux peut se targuer d'avoir eu parmi ses designers les plus grands noms : Starck, Bellini, ou les architectes Wilmotte et Foster - celui-ci, qui a parmi ses réalisations le viaduc de Millau, a aussi dessiné le modèle d'abribus qui se trouv(aient) devant la médiathèque à Meaux !

Alors bien sur ils sont tout beau tout neuf ! D'une ligne très épurée, minimaliste, mais je ne peux m'empêcher de trouver le modèle choisi froid et cassant. Froid comme les lignes droites et noires, comme les plans rectangulaires semblant flotter et dont les arrêtes ont l'air "tranchantes". Froid aussi comme les éléments chromés que sont le banc ou les portants au niveau de la toiture : détails kitsch et plutôt clinquant, pour un objet se voulant somme toute assez discret. Hum... enfin je ne sais pas, il n'est pas laid cet abribus (pris ci-dessous place Henri IV), et passe plutôt bien dans le paysage urbain. Et je commence à l'apprécier plus je le regarde... Et vous, qu'en pensez vous ?


Rédigé par F.B.

Publié dans #670 Mobilier Urbain

Repost 0
Commenter cet article

ALAIN 02/11/2006 14:53

les abris c'est bien mais tous non pas de lumiere pour les éclarés.alors bof la nuit ou le matin de bonne heure?