Marc Pany

Publié le 12 Juillet 2006


La sculpture a peu sa place à Meaux. La cathédrale Saint Etienne, même si elle n'est pas réputée pour la richesse de son décor, reste la plus forte concentration statuaire de la ville. Et puis ici et là on va trouver un décor de façade d'une maison bourgeoise, une œuvre issue de la loi du 1% et qui accompagnera tel édifice public (j'y reviendrais ultérieurement), et puis "les restes" d'une époque ou l'ornement et le plaisir du beau avaient certainement plus d'importance qu'aujourd'hui !

 

Parmi ces restes, ce groupe du sculpteur Marc Pany ; dont je ne connais que le nom inscrit au dos de la statue de l'homme.



Situé pendant longtemps à l'entrée du jardin des Trinitaires (au niveau de l'actuel parking du PLIR), puis "remisé" et pourrissant au fond du même jardin au coté d'un piédestal en morceau qui portait le buste en bronze d'un ancien maire de Meaux, la municipalité a décidé (il y a quelques temps) de déplacer le groupe au fond du jardin Bossuet. Une bonne initiative à coup sur, pour la protéger et tenter de la mettre en valeur, mais qui sera arrivée un peu tard laissant le temps de voir la sculpture se dégrader plus qu'elle ne l'était déjà ; l'homme ayant été décapité.

Assez usée (mauvaise qualité de la pierre), détériorée donc, cette sculpture de groupe garde des qualités plastiques indéniables. J'ai tenté de chercher qui ou quoi avait voulu représenter Pany, mais ce couple aux allures inspirées de l'antique ne m'a rien révélé : la jeune femme allongée, poitrine dénudée, endormie (morte peut-être), repose dans un décor d'herbe et de roseaux ; peut-être le groupe a-t-il été pensé au départ pour intégrer une fontaine ? L'homme contemple la jeune femme. Légèrement penché au dessus d'elle, un bâton dans la main (s'agit-il d'un berger?), les attributs de sa virilité pudiquement cachés par la végétation. Qui est ce couple? Je n'ai pas trouvé dans la mythologie de correspondance avec un couple connu (Orphée et Eurydice, Apollon et l'une de ses nombreuses conquêtes, Céphale et Procris, ou bien Acis et Galatée, avec qui j'ai trouvé dans leur représentation figurant le groupe sculpté de la fontaine Medicis, dans le jardin du Luxembourg à Paris (cf. photo suivante) un air de famille avec les amants de Pany.




Pas de meilleur résultat dans les légendes connues (Tristan et Yseult, etc.). Le sujet de l'œuvre serait simplement la représentation de l'Amour... L'Amour toujours l'Amour! ;-) Mais peut-être que vous lecteurs avez une autre lecture de cette sculpture,  ou en connaissez vous la vraie interprétation ; alors n'hésitez pas à m'en faire part !

Rédigé par F.B.

Publié dans #730 Art Urbain

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article