Made in Beauval

Publié le 23 Mai 2006

Raconter la cité, Mathieu Kassovitz l'a fait au ciné dans la Haine, de même que Jean François Richet (originaire de Meaux) dans Etat des lieux ou Ma 6t va craquer. Fred Morisse (qui figura à l'affiche d'Etat des lieux), nous la raconte à travers son vécu dans ZUP! Petites histoires des grands ensembles. Avec un titre pareil on aurait pu s'attendre à un nouvel essai pompeux sur le pourquoi du comment des barres et des tours des cités HLM, de cet urbanisme des années 1960 qui reste pour beaucoup au travers de la gorge.

 

Point d'essai sérieux, mais une successions d'historiettes sympathiques (Noir et bleu, 14-juillet) émouvantes (Copain et cie, Le dormeur de Beauval), ou révoltantes (Expédition punitive, Le sanglier des Ardennes) mais toujours touchantes.

 

ZUP ! n’est pas sans rappeler les Chroniques de l'asphalte de Daniel Benchétrit. Mais ZUP! Va moins dans la fiction, s'attardant plus sur un réel que nous racontes Fred Morisse, simplement, et dans un style très plaisant. Des mémoires, plus réaliste donc que le bouquin de Benchétrit (que je vous conseil également), mais surtout des mémoires qui concernent directement Meaux et Beauval. D'ailleurs Morisse met plus en scène Beauval que Meaux. Et plus le bâtiment dans lequel il grandit (Cheverny) qu'un autre lieu de Beauval.
J'ai été surpris (à demi) par cette "barrière" qu'évoque l'auteur dans plusieurs ce ses histoires, cette frontière plus virtuelle qu'autre chose et qui sépare le centre ville de Meaux de Beauval. Comme si il s'agissait de deux univers différents. Deux entités distinctes qui ne pouvaient se mélanger. C'est vrai que même physiquement, morphologiquement, il y a la ville historique avec ses faubourgs d'un coté, et le quartier de Beauval avec ses tours de l'autre. Et entre les deux la fine limite qu'est le canal de l'ourcq. Et pourtant... Hors la gare, lieux de croisement plus que de réelle rencontre, on ne se mélange pas ! C'est un fait. Dommage.

 

Enfin pour en revenir au roman, et bien que dire d'autre à part que j'ai pris un réel plaisir à le dévorer. Et si l'univers des cités vous rebute, je vous rassure le propos de l'auteur n'est pas de vous convertir a sa pensée. Il ne fait que raconter sa vie. Et c'est très bien !

;-)


Rédigé par F. B.

Publié dans #800 Littérature

Repost 0
Commenter cet article

Burlington 25/05/2006 10:25

Merci du conseil, je vais le lire sans tarder.