Conférence publique des Franc-Maçons à Meaux (vendredi 16 janvier)

Publié le 13 Janvier 2009

Je ne commente pas... mais je suis curieux !

Conférence publique du Grand Maître de la Grande Loge de France Vendredi 16 janvier 2009 – 19 h Salon d’honneur de l’Hôtel de Ville de Meaux
A l’invitation  de la loge maçonnique meldoise  « les Cœurs fidèles »,   Alain Graesel, Grand Maître de la Grande loge de France traitera du sujet : 

« Etre Franc-Maçon au 21ème siècle »

En quoi consiste la démarche initiatique de la Grande Loge de France ? Qu’est ce que la spiritualité maçonnique ? Quelles sont les valeurs humanistes portées par les francs-maçons de la GLDF ? Quels sont les enjeux contemporains de la GLDF ?

La franc-maçonnerie à Meaux et en Seine et Marne: La 1ère loge de Seine et Marne fut créée à Montereau en 1769 puis vinrent Melun en 1785 et Meaux (loge « Les cœurs fidèles ») en 1787. D’autres le furent ensuite mais les vicissitudes de la terreur, du 1er et second empire, de la guerre de 1870, des 2 grandes guerres  firent cesser leurs activités. A Meaux, les réunions ont repris en 1970. 5 loges y existent aujourd’hui, issues des 5 principales obédiences françaises regroupant environ 200 francs-maçons.

La Seine et Marne en compte plus d’une quarantaine pour près de 2000 frères et soeurs, plus à peu près autant travaillant dans des loges parisiennes."

Rédigé par F.B.

Publié dans #010 Blog

Repost 0
Commenter cet article

P.Claudel 17/01/2009 22:39






Pour répondre au Commentaire n° 2 de Camille Claudel,
 
Je n'ai aucune amertume ni ivresse pour les gloires et les honneurs éphémères.
Sachez aussi que le venin sert également de base à de nombreuses alchimies bénéfiques.
Mon propos était de trouver pour le moins étonnant qu’on fisse tant d’honneur à une organisation, société, confrérie, appelez là comme bon vous semble, en orbite de laquelle gravitent certains réseaux, dans un lieu qui se veut symbolique de la Ville et de la République.
Comme le rappelait  F.B. il y a suffisamment de lieux de réunion à Meaux que celui-ci au risque de faire amalgame dans la tête du citoyen lambda.
 
Vous m’opposez la présence éventuelle de serviteurs et bienfaiteurs de la Ville, parfait, dites nous leur action exemplaire qu’on les honore à leur juste valeur mais ne cautionnez pas cette conférence à cet endroit  par leur seule présence.
 
Vous vous offusquez de la mention de JFC dans mon post ; en tant que premier magistrat de la ville, il se doit d’être informé de l’occupation des salles de la Mairie et par là même des autorisations.
Si par hasard une Amicale française des hypnotiseurs de limaçons, pourtant société exemplaire au service de la Nation en l’époque 2007-2012, souhaitait organiser son congrès annuel à Meaux, nulle doute que notre Edile les convierait salle Rappin plus que sous les ors de l’Hôtel de Ville.
 
Pour clore cet humble droit de réponse à Camille Claudel, je tenais à la(le) rassurer qu’étant viscéralement démocrate, humaniste et laïc, je n’ai ni haine, ni a priori  envers quelque organisation que ce soit qui respecte ces trois même préceptes et regrettant d’avoir gâché son samedi par mes propos, je lui souhaite un bon dimanche.

Benjamin 17/01/2009 16:20

A côté de cela, sans les Maçons je ne sais pas comment aurait (ou plutôt n'aurait pas) évolué notre société. Les Lumières du XVIIIe siècle c'est eux pour une grande part - de même que les grands combats pour la laïcité. Et à ces époques il n'était pas concevable d'avancer au grand jour devant des adversaires qui, eux, d'une part tenaient le terrain et d'autre part avançaient masqués aussi dans leur genre.Mon opinion  est que la franc Maçonnerie a eu sa raison d'être, mais que c'est quelque peu surranné de nos jours - surtout après qu'elle se soit déconsidérée au début du XXe siècle dans des compromissions inadmissibles.J'avoue être quelque peu sceptique sur le pouvoir de nuisance éventuel des "frères", de nos jours. Mais ça doit aider, à l'opposé. Les persécutions du pétainisme les ont "blanchis" en quelque sorte et remis en selle et fort peu d'hommes politiques se déclarent ouvertement anti-maçons - quand pas mal d'entre eux leur lancent des signes plus ou moins discrets. Pour en revenir au billet initial, j'avoue ne pas trop comprendre la finalité d'une réunion publique d'une société qui à défaut d'être secrète est au moins discrète. Mais compte tenu du rituel de ces machins, le salon d'honneur était sûrement plus approprié, comme décor, que la lugubre salle Rapin^^Au final, le rituel des maçons n'est guère plus ésotérique que telle ou telle manière de prier...

F.B. 17/01/2009 16:27


C'est tout à fait ça. Rien de plus à ajouter !


Benjamin 17/01/2009 15:31

Envoyé trop vite, désolé!Quant à la FM, d'après ce que j'en sais, cette obédience est davantage tournée vers la quête spirituelle que l'action concrète... du moins officiellement.Et même si l'appartenance d'untel ou une telle à une loge n'est guère secrète, les loges ont toujours ce statut (de société secrète) qui excite les fantasmes et pas mal de méfiance.

F.B. 17/01/2009 16:00


C'est ce qui animait aussi ma curiosité. L'ésotérique j'aimais beaucoup ça quand j'étais ado. Le symbolisme aussi. J'aime toujours ça, dans la mesure où le symbolisme sert a raconter
une histoire, signifier, ou faire réfléchir. Le reste c'est vraiment bon quand on a 15 ans ^^. ET puis je n'aime pas quand s'y ajoute le secret. Le gout du secret, je n'y adhère
absolument pas ! ça ne fait qu'entretenir des relations et des rapports malsains.


Benjamin 17/01/2009 15:28

A mon sens, JK Rowling vaut très largement Alexandre Dumas, pour comparer ce qui est (relativement) comparable et en tenant compte de la différence d'époque. Je ne suis pas le seul à dire ça, des profs de lettre lui trouvent d'authentiques qualités littéraires. Rien à voir avec Dan Brown selon moi. Mais cela dit et bis repetita, le "roman de gare" (qui peut se lire aussi chez soi^^) a toute, absolument toute sa place dans la société et on ne doit nullement avoir honte de s'en gaver jusqu'à plus soif comme d'en lire épisodiquement.

Benjamin 17/01/2009 14:41

Les Rotary, etc. ne découlent pas de la franc-maçonnerie, mais reflètent sauf exception le monde entreprenerial qui veut "faire des trucs" - souvent pour se donner bonne conscience, mais souvent aussi par altruisme pur (avantage pour les bénéficiaires de leurs actions très ciblées: ils ont des moyens, l'infrastructure et ne sont pas bridés par les contraintes administratives. S'il faut des camions pour transporter un truc, des manutentionnaires, etc. au sein de leurs assemblées il y aura toujours un patron de PME qui peut fournir ça, à un moment où sa boîte a un peu de répit. personnellement j'ai été bien content de les trouver en Guyane, pour finaliser des projets infaisables dans le cadre règlementaire)Pour avoir assisté à des réunions du Rotary (je donnais des conférences) j'ai vu comment ça se passait: une partie "culture" - la conférence en elle même, un sujet ayant été proposé par un membre et accepté par les autres auparavant, une partie "avancement des actions", une partie plus récréative - souvent autour d'un bon buffet (enfin pour celles auxquelles j'ai assisté, c'était ça). Effectivement, il m'a semblé qu'au cours de cette dernière partie des liens se nouaient, des contacts se prenaient... Mais bon, peut-on vraiment l'empêcher et est ce fondamentalement nuisible? Un boss qui recherche une solution de transport, par exemple, fera certainement davantage appel à prix à peu près équivalent à quelqu'un qu'il a rencontré en sphère privée et qu'il a pu apprécier, qui n'aimera sûrement pas qu'un collègue soit fâché contre lui, plutôt qu'à un inconnu dont il n'a que le devis en main pour apprécier la prestation de service.A noter que c'est pesant d'être membre de ces machins. D'abord, la cotisation est significative, ensuite quand on est en déplacement ou que ce soit dans le monde, il faut se rendre à la réunion du club local s'il existe, sous peine de forte astreinte financière.Attention, pour moi Marc Lévy est certes à la vraie littérature ce que le coca cola est à la gastronomie... mais ça ne veut pas dire qu'il soit à foutre à la poubelle. Dans un certain contexte, je me gave de ce genre de distraction et de toute manière il vaut mieux lire ça que ne rien lire du tout! Cela vaut pour Barjavel... mais cet avis n'engage que moi... PS: "le pauvre" Marc Lévy... pas financièrement en tout cas! Vu ses tirages, je pense qu'en droits d'auteur il n'est pas à plaindre;

F.B. 17/01/2009 15:21



A la fin de la réunion d'hier soir, il y avait un buffet (auquel je ne me suis pas attardé). La démarche altruiste c'est aussi quelque chose de revendiqué par la FM. Et ce n'est pas le
péquin moyen non plus qui vient encore a ce genre de réunion. Disons que si les clubs comme les rotary, ne sont pas directement filié à la FM, il y a des points de convergences. Des
ressemblances (on oublira le buffet ^^). seul l'aspect spirituel fais la différence. Je n'y vois en tout cas absolument rien à redire. Je le dis ce n'est pas une critique. Je ne dénigre pas
les clubs, et ne remet pas en cause leur existence. Et si cela permet à construire des choses, pour la ville, mener des actions caritatives, sociales, alors c'est même très bien
!

__________


Je partage votre avis à propos de la littérature que représente Marc Levy. Et de fait j'aime bien les romans de gare.
Ce qui me gene, c'est qu'on ne le considère jamais comme tel. Soit qu'on s'imagine les lecteurs de ce genre de littérature, la placer au pinacle (pire quand c'est l'auteur lui même), ou que des
intellectuels (souvent écrivains) dans les émmisions littéraires la descendent et l'écrase complaisament, souvent en la comparant aux grands noms de la littérature. Ce qui est dans un cas
comme dans l'autre ridicule.

Je trouve bien qu'un auteur puisse faire un succès de vente, un succès populaire. Qu'il s'agisse de Marc Levy, de J'K rowling (Harry Potter), ou Dan Brown (da vinci code). Ce n'est pas de la
grande littérature, d'accord, mais ce sont souvent de bons divertissements. Reste aussi a savoir ce qu'est la grande littérature. Même parmi les auteurs considérés y appartenant, on n'est pas
obligé de dire amen systématiquement. ça reste au final une question de gout tout à fait personnel. A chacun son style, son genre littéraire.


Enfin vous avez encore raison quand vous dites qu'il vaut mieux lire quelque chose que ne rien lire du tout ^^.