Les Disparus de Saint Agil

Publié le 17 Décembre 2008

Je vous fais ici la copie d'un article paru surle site des Brionautes. Un petit morceau de culture locale, de nostalgie, qui trouve bien sa place en cette période de l'année, et qui rappellera surement des souvenirs à certains. ^^

 

LES DISPARUS DE SAINT-AGIL
par JNA (Mercredi 17 décembre 2008)

Couverture du DVD du film


"Un squelette qui s'appelle aussi Martin, une société secrète, les Chiches Capon, le pensionnat Saint Agil, la ville de Meaux dans les années 30 comme fond du décor.


Pierre Véry n'est pas un écrivain très célèbre, il a pourtant publié dans les années 30 toute une série de romans policiers qui pour certains sont toujours édités et réédités de nos jours. Ils servent parfois de support pédagogiques pour l'enseignement de la littérature au collège. Je passerai vite sur "l'assassinat du Père Noël", qui pourrait inquiéter les enfants en cette période, mais également nos amis brionautes savoyards, car ce bien triste  évènement s'est déroulé chez eux. Je veux évoquer un autre titre, plus connu du grand public, "les disparus de Saint Agil".


C'est un roman policier que l'on pourrait qualifier aujourd'hui, de roman pour "la jeunesse". Vous connaissez sans doute ce titre car le cinéma l'a fait découvrir, d'abord par le film culte de Christian Jaque (1938) dont le casting regroupait quelques pointures de l'époque : Erich von Stroheim, Michel Simon, Armand Bernard, Marcel Mouloudji, … Depuis d'autres films ou téléfilms se sont inspirés de l'œuvre de Véry. Mais à mon goût, ils font figures de pâles imitations.


Je ne sais plus exactement quand j'ai vu le film pour la première fois à la télé, j'étais tout jeune. Il fait partie des quelques films qui ont marqué mon enfance télévisuelle. Je relis toujours avec plaisir ce roman (voir couverture de mon exemplaire ci-dessous). Je me demande au passage s'il a été publié en bibliothèque verte, la question est posée à ottopil (membre du forum les Briaunautes - note de FB).

Pourquoi ce film est-il resté accroché dans mes souvenirs d'enfance ? A cause de  son scénario tout d'abord, de ses multiples rebondissements qui m'ont tenu en haleine et de son atmosphèrei. Avec le recul, je n'hésite pas à dire que c'est une histoire un peu naïve, certains diraient culcul-la-praline. Après tout il évoque les restes d'un monde que je n'ai bien sûr pas connu et le sort de ces lycéens des années 20 ou 30 n'avaient d'ailleurs rien de bien enviable. Oui, mais les disparus de Saint Agil, c'est quand même quelque chose, vous m'avez compris. Non ?


Aujourd'hui, quand je me balade dans les rues du vieux Meaux, que je passe à côté de l'ancien collège Moissan ou devant Sainte Marie, je m'attendrais presque à voir débouler un Chiche Capons.

Tout porte à croire que les Chiches Capons ont disparu depuis longtemps. Vraiment disparus, car ils auraient vraiment existé. C'était au collège Sainte-Marie, là où l'auteur du Roman, a lui-même séjourné et mis sur pied, pour de vrai, cette énigmatique société secrète.

Qui sait, si quelques collégiens ou lycéens meldois, depuis, n'ont pas fait, revivre cette organisation clandestine, perpétuant ainsi une tradition née au début du siècle dernier. Difficile de le savoir, puisque par définition, une société secrète, est plutôt discrète.  Il doit bien encore y avoir parmi les jeunes, quelques uns qui rêvent d'aller faire fortune en Amérique.

L'auteur a placé son roman à Meaux. Le texte d'introduction nous propose une balade nocturne entre Meaux, Crégy, la route de Varredes, et nous fait même passer, sous le canal de l'Ourcq. Pierre Véry a inventé la pension Saint Agil, mais il a lui même été pensionnaire au collège Ste Marie de Meaux, au moment de la guerre 14. Du fait, il connaissait bien l'ambiance qui régnait dans ce type d'établissement et la ville de Meaux aussi qui vous l'imaginez n'est pas décrite dans le livre, comme une ville très animée.

Je ne sais si la Ville de Meaux a rendu hommage à Pierre Véry, en donnant le nom de l'écrivain à un petit morceau de square ou coin de rue. Je n'en ai pas trouvé de trace. Ce serait pourtant une bonne idée !


Si vous ne connaissez pas le livre, il est encore temps de le découvrir… Une idée de cadeau de Noël."




LE LIVRE

 


Résumé introductif >
www.cndp.fr

"Chaque nuit, Baume, Sorgue et Macroy, pensionnaires du collège Saint-Agil, se retrouvent en salle de sciences autour du squelette Martin. Ils ont créé une société secrète, " les Chiche-Capons ", dont le but est de partir faire fortune aux États-Unis. Un soir, Sorgue aperçoit un mystérieux individu qui semble sortir du mur. Le lendemain, en cours d’anglais chez M. Walter, il tente de persuader ses camarades qu’il a vu un homme invisible. Convoqué chez le directeur, il disparaît à la sortie du bureau. Tout le monde pense à une fugue jusqu’au jour où une carte postale arrive de New York avec la signature " Chiche-Capon "[...] "

La suite est dans le livre ! "




LE FILM (ajout)

 

Affiche - Source : www.cinema-francais.fr

 

Je vous propose ci-dessous, 3 extraits tirés du film de Christian Jaque sorti en 1938, diffusés sur Daylimotion.


envoyé par RioBravo


Rédigé par F.B.

Publié dans #800 Littérature

Repost 0
Commenter cet article

Bibliographie de Meaux 26/12/2008 19:53

Les extérieurs sont ceux de feu l'école privée Bossuet, rue des Cordeliers.