Les meldois parlent aux meldois : "Where are we ?" (par Bernard W.)

Publié le 28 Août 2008

Un petit coup de gueule de Bernard W.

"
Où ces deux photos ont-elles été faites ? Picadilly ? Braodway ? Non, rue du général Leclerc, à Meaux.




Personnellement, je trouve assez nul et particulièrement prétentieuses ces pubs en anglais.
Vite, les Québecquois, gardiens de la francophonie,au secours ! ;o) "

Rédigé par F.B.

Publié dans #040 Les meldois parlent aux meldois

Repost 0
Commenter cet article

Jean-Marc 01/09/2008 20:13

Je suis bien d'accord : je trouve particulièrement ridicule, pour faire branché, d'utiliser le verbiage anglo... Les "brainstorming", "chek-list","call-center" et autres "dream-team" me hérissent le poil, d'autant que nous avons les mots correspondants.En ce qui concernent nos amis Québecois, et pour l'avoir vécu de l'intérieur durant plusieurs années, l'utilisation du vocabulaire mixte pourrait faire l'objet d'un long débat... Nous autres français nous faisons systématiquement attraper sur deux mots : parking, et shopping. Il est vrai que stationnement et magasinage sont plus agréables à l'oreille, particulièrement à la mienne. Hormis ces deux mots, je ne connais personne qui ait pu m'en siter un troisième, mais ce sont les deux piques que tout québecois mettra en avant pour nous reprocher de bien mal défendre notre langue... Et pourtant...! Certes, l'utilisation francisée de beaucoup de mots témoigne d'une réelle volonté de défense de la langue française... Ainsi, il n'y a ni driving, ni pin's, ni home-cinema, ni email ou spam, mais service au volant, épinglette, cinema-maison, courriel et pourriel... Pas de "chat" sur internet, mais du "clavardage"... Mais si l'on pousse un peu plus loin l'analyse du vocabulaire, on pourra aisément et gentiment faire le reproche à nos cousins canadiens de l'usage de bien des mots n'ayant pas force en France. Par exemple, il est fréquent d'entendre "canceller" ou "deleter" alors que nous disons "annuler". Au Québec, on ne "vérifie" pas : on "checke" ! Le mot "urgent" n'est pas usité..Les choses sont toujours "Rush". Pour les enfants, ils ne reviendront jamais du McDo avec un ballon, mais toujours avec un "balloon". Les cacahuètes, c'est toujours "peanuts". C'est encore pire dans le monde industriel et du travail, longtemps dominés par les anglo-saxons... Oubliez les pare-chocs, les amortisseurs, les pneus,les marteaux.... mais pensez plutot aux "bumpers", "mufflers", "tire", "hammer".... Notre fête entre amis est là bas "un party avec la gang"....Le reproche que l'on nous fait est souvent un peu facile, mais il n'est pas bien méchant..Et l'usage de l'anglais au Québec, ma foi, comment y échapper, quand on vit cernés par des millions et des millions d'anglophones...?En revanche, à Paris, quand on parle de "show-room"... Aie aie aie  les oreilles....!!!!  :-)  (Au fait, à Montréal, un show-room, c'est une "salle de montre".... Amusant, non ?)