le "Comfort" pour les étudiants.

Publié le 12 Juillet 2008

Info Le Parisien (12/07/2008) : "L'hôtel Comfort, situé dans la cité administrative de Meaux, devrait être racheté par la ville et transformé en résidence étudiante de 80 chambres. Le projet doit se concrétiser à la rentrée. Il fait partie des promesses électorales du député-maire UMP Jean-François Copé. La difficulté : trouver un bailleur qui possède des résidences à Paris et accepte d'en réserver des places à des étudiants originaires de Meaux."


__________



Donc l'hôtel Comfort - seul hôtel du centre ville de Meaux, avec le Richemont - va fermer ? Savais pas... !


La reconversion d'un hôtel en logements étudiants est sans doute une opération plus avantageuse économiquement (et plus rapide : ouverture la rentrée prochaine ?) que la construction d'un bâtiment neuf. Même si on peut se demander si cette forme est la mieux adaptée à la vie étudiante. Autour de Disney plusieurs résidences hôtelières ont terminé en apparetments, ou "résidences Disney" (des promoteurs ayant eu les yeux plus gros que le ventre ?), alors pourquoi pas une résidence étudiant à Meaux ?


Enfin le lieu est-il le mieux choisi ? La place de l'Europe est loin d'avoir l'image d'un quartier animé (doux euphémisme), alors que c'est ce qui marche de paire d'ordinaire avec la vie étudiante. Dans le quartier du Maché, dans le Faubourg pourquoi pas. La ville aurait pu profiter de la présence des étudiants pour insufler un peu d'animation à ses quartiers. De VRAIE animation. Non. Ce n'est pas son but. Meaux est une ville calme... mieux vaut quelle le reste ! (qui a dit "ville dortoire", qu'il se dénonce !... ah bah c'est moi :-p) Bonjour la déprime...

Mais peut-on seulement imaginer que les étudiants logeants dans cette future résidence, restent à Meaux et animent quelque peu la ville ? Non, ils iront à Paris. C'est normal, puisque c'est là que tout se fait : culture et biture... Bon et puis 80 chambres, ça ne fait pas beaucoup d'étudiants tout ça. 500 aurait déjà été un meilleur chiffre de départ. Ca c'est aussi quelque chose que je ne comprends pas, de faire les choses à moitié, surtout quand on affiche une grande ambition, allant de paire avec une vraie nécéssité (la crise du logement étudiant) et qu'on a certainement les moyens de faire mieux. Bon...


Je reviens aussi sur cette idée qui semble avoir la vie dure dans l'esprit de Jean François Copé (ou de ses collaborateurs). Cette promesse électorale, faite pendant la campagne par le maire de Meaux, qui imagine pouvoir réserver quelques places dans les résidences parisiennes pour les étudiants meldois. En échange de quoi les résidences meldoises serviront à des étudiants ... qui étudieront sur Paris ? Ou peut-être Marne-la-Vallée. Mais le résultat est le même. Je suppose que l'université préfèrera donner la priorité de ses chambres aux étudiants venant de plus loin. Et elle aura raison. Même si il faut se farcir plusieurs heures de transports par jour pour faire le trajet entre Paris et Meaux, dans des conditions qui se sont dégradées ces dernières années (enfin "les transports", c'est un autre sujet).

Pourquoi pas, un "échange" ! Mais à ce moment là, et pour que ça ait un sens, autant échanger avec d'autres villes universitaires françaises, ou étrangères (ERASMUS). Et pourquoi pas appuyer cet échange sur le jumelage ? (encore une expérience largement sous exploitée par la ville). Franchement, ce n'est pas les idées qui manquent !


80 chambres, j'ai même l'impression que ça suffira juste à couvrir les besoins des écoles de la ville : l'IUT, le centre de formation des Infirmiers (j'en oublie ?). A noter qu'au départ ce projet de résidence universitaire était sensé se trouver juste à côté du bâtiment de l'IUT, et si je ne dis pas de bétise, là où se trouve aujourd'hui un Parking en surface, à côté de la place de Valmy, dans le quartier Luxembourg (je passerais là encore sur le destin de ce quartier, ce n'est pas le sujet. Quoi que... )



Enfin, ce qui me désespère c'est le manque de vision qui anime ce genre de projet, promesse plein d'espoir au départ et qui au final risque de tourner à une proposition médiocre de "chambre d'étudiants en lointaine banlieue parisienne". Sans projet de vie. Sans idée. :-s



Bah c'est toujours mieux que rien ? A voir ce qu'y gagnera la ville... (à mon avis pas grand chose). J'attends vos réactions.

Rédigé par F.B.

Publié dans #100 Questions de Société

Repost 0
Commenter cet article

gabrielle 02/08/2008 14:45

ça bouge en ce moment, il y a quelques panneaux de travaux à droite à gauche, je n'ai pas vu de près mais l'école du marché affiche une demande de travaux, peut être un bel immeuble en bord de marne ?et l'annexe de coubertin, les fauvettes va être démoli ?je suis passé devant et j'ai vu (il me semble) un permis de démolir???????affaire à suivre

Benjamin 18/07/2008 10:23

Oui, alors qu'avec mes revenus comparables (pour une personne seule) à ceux de la famille française (sans enfant) moyenne, j'ai eu le plus grand mal à me loger... donc j'en sais quelque chose. Il y a le prix, mais aussi les garanties exorbitantes demandées par les agences, et il n'est pas évident de demander à qui que ce soit de se portter caution solidaire. Comme je m'y refusais, j'ai pas mal galéré pour trouver.Je ne revendique nullement pour les gens comme moi des tarifs comparables aux gens vraiment dans le besoin: je demande un accès facilité, à un prix normal, à des logements convenables offerts par des bailleurs publics pour que, en fin de bail, on n'ait pas l'épée de Damoclès suspendue sur sa tête, de devoir galérer de nouveau et payer en plus une nouvelle caution et un nouveau déménagement

F.B. 18/07/2008 19:06


On pourra reparler de l'immobilier si vous voulez ;-)


Pitikweena 16/07/2008 18:16

Oui c'est vrai F.B c'est très difficile.J'ai appelé les déménageurs, je pose mes bagages chez toi demain.Non je plaisante lol ^^

Benjamin 15/07/2008 15:34

Je ne cois pas dévoiler la confidentialité d'un entretien que j'ai eu avec m. AJ Bras, actuel délégué au logement, juste avant les élections, quand je lui ai soulevé ce problème, des gens qui n'ont pas les moyens (ou l'opportunité: si la mobilité professionnelle est en jeu) ou tout simplement l'envie, pour accéder à la propriété.Les célibataires sont dans cette situation, très nombreux qui sont "trop riches" pour accéder aux logements sociaux (souvent en outre inadaptés race que tro grands) et pas assez pour être propriétaires, surtout s'ils n'ont pas d'apport personnel.Le développement d'uns structure "logement à loyer normal" intermédiaire entre les HLM et le strict locatif privé permettrait de pallier ce manque. Si en plus on crée ces logements dans les ensembles HLM, on ajoute de la mixité sociale et par le biais des surloyers (par rapport aux tarifs sociaux) on améliore la rentabilité et la trésorerie de ces derniers.

F.B. 16/07/2008 00:30



Célibataire en gagnt pas mal sa vie, ou en couple avec un petit salaire... même en HLM en ce moment c'est assez dure. Bon après je dis ça en fonction de ce que je vois autour de moi et de ce que
je sais des difficultés de se loger.

Seul c'est très difficile.



Pitikweena 14/07/2008 20:19

J'aimerais réagir à cet article.Je suis très contente que nos étudiants puissent se loger à Meaux, et de ne pas avoir des tas de kilomètres à faire, surtout si ils ont un petit travail à coté.Par contre, j'aimerais quand meme dire, qu'il serait très bien que des logement à loyer modérés soient construit, pour la population célibataire. Trop de gens n'ont pas les moyens de s'acheter un appartement, faute de capital, et les loyers à Meaux sont quand meme vraiment hors de prix quand on passe par agence.Les logements à loyers modérés neufs qu'on nous avait promis sont déjà promis à des familles, alors qu'ils ne sont meme pas finis d'être construits.J'estime que quand on est célibataire à Meaux (et pas à Paris), on est en droit de réclamer un studio ou un F2 à 400 € charges comprises.Si le prochain projet immobilier de notre ville pouvait concerner cette cause ce serait bien.