"Hommage à Aimé Césaire" (Le Parisien - samedi 26 avril 2008 )

Publié le 26 Avril 2008

Le Parisien annonçait ce matin qu'on allait baptiser une nouvelle "place" à Meaux, du nom d'Aimé Césaire...

"Aimé Césaire aura bientôt sa place à Meaux. Après le décès du chantre de la négritude, le 17 avril, à 94 ans, la ville veut rendre hommage au poète en dévoilant une plaque en son honneur. La nouvelle place de l'avenue de la Marne, située à l'entrée du parc du Pâtis, sera également baptisée à son nom."


Bonne idée ! 

Enfin, ça n'aurait tenu qu'à moi j'en aurai profité pour débaptiser aussi la rue Alexis Carrel  (
http://www.amnistia.net/news/enquetes/negauniv/carrel/carrel.htm).
Chirurgien français, prix Nobel de Médecine, Carrel est également connu pour avoir tenu des propos eugénistes dans  L'Homme, cet inconnu, ouvrage publié en 1935, puis soutenu à la suite les thèses développées par les Nazis. 

Alors Césaire à la place de Carrel ?

Rédigé par F.B.

Publié dans #010 Blog

Repost 0
Commenter cet article

Benjamin 27/04/2008 18:48

De Coubertin n'était pas "ambigu", il était des plus clairs hélas, obsédé par la pureté de "la race", la blanche étant évidemment supérieure. Chez lui c'était une obsesssion.Finalement, ces histoires de rues qu'on baptise ou débaptise, à chaque fois cela donne lieu à polémique. Il y aurait peut être une solution: interdire que l'on donne le nom d'une personne (physique ou morale) à une rue avant 50 ans après la mort de la personne par exemple, pour voir si la personne "tient le choc" de la distance. Voire cesser complètement (sans effet rétroactif évidemment) Les "pensionnaires" du Panthéon sont, dans leur grande majorité, d'illustres inconnus!Pour détendre l'atmosphère, anecdote: après l'annexion de l'Alsace par les nazis en 1940, Mulhouse a possédé quatre années durant une "Adolf Hitler Strass" C'était la rue du Sauvage, auparavant...

F.B. 28/04/2008 11:02



Suite de l'hommage à CESAIRE, dans un article du Parisien parut aujourd'hui, lundi 28 avril 2008.
 
Surprise : je ne pensais pas que cette nommination de place se ferait ce weekend ??? Sans même être passé en conseil municipal (enfin je n'en n'ai pas raté un quand même, si ?), alors qu'il
me semblait que c'était une sorte d'obligation. Ca fait vraiment coup de com' (une fois de plus?), et à la va vite, et pour quel résultat ? Est-ce que l'hommage est sincère ou opportuniste
? Si chacun y trouve son compte, bien... mais je ne sais pas, j'ai une impression de "ni fait ni à faire".

A part ça, mes doutes quant au choix du lieu semble un peu confirmés.


____________



LA PLACE AIME CESAIRE NE FAIT PAS L'UNANIMITE
par Gilles Cordillot (lundi 28 avril 2008 | Le Parisien)


" VINGT-QUATRE degrés Celcius. Il faisait presque aussi chaud qu'à la Martinique, hier midi, parc du Pâtis, où a été inaugurée une place au nom d'Aimé Césaire. Le chantre de la négritude,
mort le 17 avril à Fort-de-France à l'âge de 94 ans, a désormais sa place.

Mais ce lieu du souvenir est-il, lui, bien placé ? Une question qui divise la communauté antillaise. Même si chacun reconnaît que l'essentiel est qu'il existe un lieu qui porte le nom de
l'humaniste qu'il était, à la fois grand poète et homme politique.

Les uns l'auraient bien vu au rond-point des Droits-de-l'Homme. Les autres proposent carrément de débaptiser le parc Chenonceaux. D'autres encore auraient préféré qu'il donne son nom à un
collège.

Une foule bigarrée était au rendez-vous. De nombreuses femmes avaient revêtu le costume local, arborant coiffes hautes et orgie de fruits sur les chapeaux. Puis le silence s'est fait, lorsque
deux enfants ont lu le décret d'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, pris il y a 160 ans et dont on célèbre l'anniversaire. « Peux-tu imaginer qu'il y a 160 ans on offrait des
esclaves en cadeau de mariage ? » demande le député-maire (UMP) Jean-François Copé, à la petite métisse qui lisait. Tandis que le généticien Serge Romana rappelait « que nos parents n'avaient pas
de nom mais seulement un prénom et un matricule... » Une victoire étroitement liée au nom de Victor Schoelcher, l'homme politique qui s'est battu pour faire voter le décret. Serge Romana a
également annoncé en avant-première que le Premier ministre devrait signer cette semaine le décret fixant au 23 mai le jour où l'on honorera désormais les victimes de l'esclavage."



+ témoignages POUR /CONTRE parut en complément de l'article (Parisien du lundi 28 avril 2008)

CONTRE : « Il a trop fait pour être caché » 

MARYSE HEIRMAN, de Meaux : «AIMÉ CÉSAIRE méritait quand même autre chose qu'un lieu vide comme celui-ci où les passants promènent leur chien. Je l'aurais bien vu par exemple à côté du lycée
Henri-Moissan. J'imagine la petite plaque : on passe, on voit.
Comme ça, il appartiendrait vraiment à tout le monde. Il a trop fait pour être caché de la sorte. C'est mieux que rien, mais ce n'est vraiment pas ce que mérite un homme de sa trempe.
»
POUR : « Cet endroit représente les îles »

ROSE-HELENE SAINTE-ROSE, de Meaux : «LA municipalité a choisi le bon endroit pour baptiser une place Aimé-Césaire. Avec la proximité du lac, de la nature... le coin représente un peu les
îles.
Et puis, c'était quelqu'un de très discret. Cet endroit est parfait. Il faudra juste planter quelques fleurs. Ici, contrairement à ce que certains disent, il passe beaucoup de monde. Et puis, de
toute façon, c'est le lieu qui m'intéresse et je fais confiance à Aimé Césaire pour le remplir. »



Didier 26/04/2008 22:52

Fabien, vous oubliez que le fait de débaptiser la rue Carrel a déjà été proposé par la ville il y a peu. Les habitants de cette rue s'étaient alors exprimé à une forte majorité pour ne pas en changer, j'imagine pour des raisons pratiques (je n'imagine pas que ce soit pour des raisons idéologiques).Concernant Césaire, je me réjouis de cet hommage rendu par la mairie. Et le lieu me parait plutôt sympa, tout proche du parc. Si j'ai bien compris, c'est entre une école (je crois que c'est Saint-Exupéry) et la crèche de l'Ourcq, au bout de l'avenue Dunant.

F.B. 27/04/2008 10:45


Oui j'oublie. Mais au passage la question a été abordé plusieurs fois sur ce blog. C'est un rappel. 

Il me semble que dans ce cas précis, débaptiser la rue a un sens, qui légitimerait meme que l'on se passe de l'avis des habitants. Et puis je me demande si les habitants savent qui est Alexis
Carrel, et comment on leur a présenté ce projet. Je suppose que l'on aurait pu autant que pour Césaire, obtenir l'adhésion des habitants (dans le sens inverse). Doit y avoir aussi certainement une
fausse idée qui serait que si on change le nom d'une rue alors on est perdu, que le facteur ne retrouvera pas votre boite au lettre ^^. Ce qui serait faux. Peut-etre quelques paprasseries
administrative à prévoir ? Ces questions pratiques, comme changer la carte grise... oui bon... c'est pas comme ça que l'on fait avancer les choses. Et ça ne me semble pas trop cher payé
au final. Et au pire je suppose que la mairie de Maux pourrait se charger de ce travail de suivi administratif pour ses administrés.

Enfin ce sujet porte aussi à se questionner sur quel honneur rend-t-on aux personnes qui ont fait l'histoire ? En sachant que l'histoire est subjective et parcellaire - elle ne
retient souvent que ce qui est bon pour soi et met en avant le regard des vainqueurs.

Alexis Carrel a certe été un grand chirurgien, mais peut-on dissocier ça des propos eugénistes sur lesquels il a théorisé. Âilleurs, le baron Pierre de Coubertin est aussi un personnage ambigu,
et qui a tenu des propos polémiques. Et pourtant on ne compte plus les rues, les écoles, les stades auxquels on a donné son nom. Et il y aurait d'autres exemples certainement.


Benjamin 26/04/2008 18:58

Ce serait insulter Césaire...Cela dit, il faut mourir pour qu'on parle de vous, dans ce pays: qui lisait Césaire avant, qui savait ce qu'il avait fait sa longue vie durant? On n'honore pas non plus une immense dame: Germaine Tillion, résistante du 17 juin 1940, déportée en Algérie, ethnologue de renom et grande figure de la paix en Algérie.

F.B. 26/04/2008 20:07


Vous pensez vraiment que ce serait une insulte a Césaire ? Moi j'y voyais plutôt - si il s'agissait de debaptiser la rue Carrel, pour lui donner le nom de Césaire - au contraire de donner
une valeur encore plus grande a la parole de quelqu'un qui parle d'humanité quand l'autre la piétine. Et puis peut-on laisser cette plaque qui ne flatte pas la ville quand on fait ce geste
pour la mémoire d'Aimé Césaire. Surtout que la "place" en question, je ne la situe pas très bien, et ça ne semble pas etre un lieu très signifiant cette place... Je ne sais pas.