"Moi j'ai dis cumulard, cumulard, comme c'est étrange !"

Publié le 16 Septembre 2007

L'information selon laquelle Jean François Copé allait travailler à temps partiel pour un célèbre cabinet d'avocat d'affaire (Gide, Loyrette et Nouel) a été relayée dans plusieurs titres de presse dernièrement. Ici par exemple sur capital.fr: http://www.capital.fr/Actualite/Default.asp?source=FI&numero=65223&Cat

Cette annonce a provoqué quelques réactions et pour plusieurs raisons. 

L'une d'entre elle est que l'arrivée de Jean François Copé dans un cabinet d'avocats d'affaire qui s'occupe de dossier importants comme la fusion EDF-Suez (impliqués en tant que conseil de l'Etat), est perçue (et à juste titre !) comme un énième rapprochement entre milieu politique et milieu des affaires qui laisse imaginer toutes les dérives entraînée par ce couple contre nature (on a tous en mémoire l'affaire ClearStream... qui traîne encore même en ce moment)

Jean François Copé, en prêtant serment en mai dernier devant la cour d'appel de Paris a été reconnu par ses paires comme avocat à part entière. Même si il accède à la profession sur le tard (sur un système d'équivalence? ou je ne sais pas), il a donc toute légitimité pour exercer la profession. Et pourquoi pas, si JFC envisageait une reconversion, lassé des responsabilités politiques (?), et pratiquer dans cette optique... Mais il est a pensé que ce n'est pas Jean François Copé l'avocat débutant qui intéresse un gros cabinet d'affaire comme Gide, Loyrette et Nouel, mais Jean François Copé l'homme politique, et le carnet d'adresse de ce dernier mis au service du prestigieux cabinet d'affaire international, et des dossiers qu'il traite. On peut se dire aussi, que si c'était vraiment le métier d'avocat qui importait à Jean François Copé, celui-ci aurait certainement pu travailler aux côtés d'un Olivier Morin (élu à la culture) ou pourquoi pas Henri Gerphagnons (élu PS) tous deux avocats et élus de la municipalité meldoise.

L'autre raison c'est le "cumule" d'un nouvel emploi, a MI-TEMPS, qui s'ajoute à toutes les fonctions, postes, responsabilités qu'occupent déjà Jean François Copé, et qui ne semblent pas déranger le moins du monde notre édile hyperactif !


Jean François Copé a-t-il bien le droit de travailler, même à mi-temps, dans le privé au vu des postes qu'il occupe dans la fonction publique ? Je croyais que les fonctionnaires ne pouvaient pas prétendre à travailler en même temps dans le privé ? C'est vrai que Jean François copé n'est pas considéré comme fonctionnaire, mais un élu avec les responsabilité qu'il a et payé au même titre qu'un fonctionnaire de l'Etat ne devrait-il pas se soummettre à quelques règles ? Sera-t-il rémunéré pour son travail par le cabinet d'affaire, en plus de ce qu'il perçoit pour ses responsabilités d'élu ?


On peut se dire que ça ne nous regarde pas. Dans une certaine mesure, oui. Chacun est libre de faire ce quil veut et je respecte les choix de Jean François Copé. Mais là comment ne pas s'offusquer de l'attitude arrogante et très méprisante du Maire de Meaux, envers la fonction d’élu du peuple, envers ses administrés, envers les gens qui l’ont élu et envers ceux qui travaillent pour lui (loin de pouvoir accéder à autant d’avantages). De là à parler de foutage de gueule... Quand on me demande ce que je pense de Jean François Copé, je dis que c'est un bon maire quand il fait son boulot de maire et que c'est un mauvais maire quand il oublie sa fonction et ses responsabilités. Là on est au-delà de l'oublie de la fonction. Tout ça me deçoit.... me désole...


L'article paru sur le site capital.fr nous dit que Jean François Copé travaillera le vendredi et le samedi pour le cabinet d’avocat... Vendredi. Ce n'était-il pas déjà LE jour où "monsieur le maire" nous faisait l'honneur de sa présence à Meaux ? Le poste de maire (payé 4000 euro et des pâquerettes), ne serait donc compris que comme un poste à peine digne d'un quart-temps ? Pourtant je pensais qu'il s'agissait d'un temps plein... J'ai du me tromper. Si c'est le cas c'est drôlement chouette le boulot de maire ! Bien sur ça n'empêchera pas la mairie de Meaux de tourner. Elle le fait toute seule. Merci Monsieur Parrigi, merci aux employers de la mairie. Mais c'est à se demander à quoi sert le maire ?

Jean François Copé a déjà renoncé à son poste d'élu régional lorsqu'il a été réélu député. Depuis il est même devenu président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale. Dieu sait que toutes ces responsabilités doivent demander du temps et de l'investissement. Qu'on me dise comment on arrive à gérer ça en plus de travailler pour un cabinet d'avocat d'affaire, et entre deux passages télé-radio et une inauguration. Si on y ajoute une vie de famille, et le fait qu'il faut dormir, manger et ch***... Même en étant un bourreau de travail, ce que je veux bien reconnaître à Jean François Copé, ce n'est même plus un emploi du temps de ministre, là… c’est n’importe quoi ! Et dire qu’on nous ventait le "travailler plus pour gagner plus". Enfin jusque là je pensais que ça concernait avant tout ceux qui voulaient mettre un peu de beurre dans les épinards à la fin du mois… Là encore j’ai du me tromper. C’est mon côté naïf.



On pourrait trouver encore à dire. Mais je terminerais en disant qu'à la veille d'élections municipales, cet "emploi" tombe mal. Et qu'à lui seul il pourrait servir d'argument à n'importe quel candidat d'opposition. C’est vous dire la nullité des élus de l'opposition municipale (ce n'est pas gentil mais il faut bien le dire à un moment ou un autre) qui ne réagissent pas plus que les élus de la majorité, englués dans l’esprit de cour, et qui ne semble pas plus que ça choqués par l'attitude vraiment critiquable de Jean François Copé. Au moins sur ce point. Quant aux habitants… je commence à m’inquiéter. :-( 
  

cope01.jpg

(photo : Reuters / Charles Platiau)

Rédigé par F.B.

Publié dans #320 Politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Oui, maire de Meaux plus... plus... plus... et en plus il n'habite même pas Meaux...Un mandat et un seul pour tout le monde, avec une indemnité pour ce mandat, un travail à côté si cette indemnité est insuffisante pour vivre, un statut de l'élu pour protéger ses arrières en fin de mandat, il faudra bien qu'on arrive à cela!Mais que ce mandat soit déontologiquement compatible avec les fonctions exercées. Il n'est pas douteux que le cumul exercé par JFC est légal (il est bien trop intelligent pour ne pas commettre un tel impair). Pour le reste, c'est affaire d'opinion. Avocat pour un député de base ou un maire, admettons. Avocat d'affaire dans un cabinet qui a traité de la fusion GDF SUEZ, ça laisse dubitatif quand on a été ministre du budget, qu'on est chef de file d'un groupe parlementaire, etc. On peut se poser la question de savoir si ce sont ses connaissances (c'est un bleu du barreau) ou son carnet d'adresses qui jouera. Bien sûr qu'il ne bossera pas directement sur les affaires déjà citées, mais il y a les pauses café, les réunions où on cause... Même s'il ne le fait pas, il restera le doute.Cela dit, autre hypothèse: retrait progressif de la vie politique. On le voit mal virer à gauche, et à droite il n'a guère l'estime du Chef. Alors entrer peu à peu dans le monde des affaires pour faire de la thune, plein de thunes, un max de thunes au lieu de végéter député maire quand on avait de très très hautes ambitions...
Répondre
F
C'est drôle... parce qu'on s'inquiete pour monsieur Copé comme d'un enfant qui ferait une bétise ou un mauvais choix... Vous croyez Benjamin qu'il a conscience qu'on s'inquiête de son bien ? ^ ^ Enfin bref, ça ne change pas grand chose au problème, JFC était "maire de Meaux 2 jours par semaine" : lundi et vendredi, et que le vendredi à présent il le passe chez Gide and Co. C'est surtout ça que je ne cautionne pas ! Mais alors pas du tout.
C
Sacré Cumulard !à lire sur LibreCours
Répondre
J
BonjourJe vous invite à lire attentivement la biographie de la grande cheftaine du PS, cette chère Ségolène Royal. En 1994, peu après sa sortie du gouvernement et la lourde défaite de la gauche, "Ségo" s'inscrit discrètement au barreau de Paris et entre comme avocate au cabinet de son ami Jean-Pierre Mignard (tout comme François Hollande le fera en 1997). Or, à la même date, Maître Ségolène Royal est aussi :- député de la 2e circonscription des Deux-Sèvres - conseillère générale du canton de la Mothe-Saint-Héray- conseillère municipale de Melle- premier secrétaire de la fédération départementale du PS des Deux-SèvresC'est bizarre comme parfois un "scandale" médiatique peut naître de manière très différente en fonction de l'étiquette politique !
Répondre
F
... Heu qu'est-ce que Ségolène Royale vient faire dans l'histoire ? Passez moi l'expression mais qu'est-ce qu'on en a à foutre de Ségolène Royale ? Elle n'est pas maire de Meaux à ce que je sache ? Or si Jean François Copé est mis en cause sur ce blog, c'est en cette qualité. Relisez l'article : si il souhaites exercer la profession d'avocat pendant la durée de ses mandats électoraux, c'est sa stricte liberté.  Il en a le droit. Seulement en faisant ce choix il pénalise et déprécie les fonctions pour lesquelles il a été élu. C'est ce que "je" lui reproche. Qu'il soit UMP, MODEM PS, écolo ou comuniste on s'en balance. S'eut été exactement la même chose ! D'ailleurs votre exemple est mal choisi. Il fallait prendre DSK. Mis en examen dans l'affaire de la MNEF pour laquelle il a été avocat conseil (entrée de la générale des eaux dans le capital de la mutuelle étudiante). Et puis les fonction de conseiller municipal exercés par Ségolène Royale à Melle ce n'est pas la même chose que celle de maire de Meaux. Enfin je vous rassure, ça ne rend pas Ségolène Royale moins coupable que les autres sur ce genre de pratiques... Le cumule est une plaie en politique dont je suis convaincu qu'il faut en finir.Le jugement évoqué ici à l'encontre de monsieur Copé n'est en rien motivé par une quelconque prise de partie politicienne. C'est une réaction citoyenne, un avis indépendant, un avis d'habitant de Meaux, suite à une information parue dans l'actualité récente. C'est tout.Libre à vous de défendre "l'accusé" si vous en éprouvez le besoin. Mais l'argument du "et les autre alors?" n'est pas acceptable.   Bonne continuation. 
J
Entendu sur RTL ce matin.25/09/07  Jean-François Copé justifie son "cumuler plus" Président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, député, maire de Meaux : Jean-François Copé est un homme politique apparemment bien occupé. Et pourtant, il vient d'ajouter une corde à son arc. Il va travailler dans un cabinet d'avocats d'affaires comme collaborateur à temps partiel. Invité de Jean-Michel Aphatie mardi matin sur RTL, l'intéressé a expliqué avoir fait le "choix" d'une activité professionnelle pour "avoir les pieds sur terre".   Roi du cumulLe temps c'est, paraît-il, le bien le plus précieux pour tous les élus qui tentent de bien faire leur travail ! Eh bien Jean-François Copé doit être un surhomme. Le député de Meaux est aussi maire de cette ville de la région parisienne, président de la communauté d'agglomération du pays de Meaux et president du groupe UMP à l'Assemblée. Pour le commun des mortels, ce devrait suffir à remplir une semaine dimanche et soirée comprises.Eh bien le site d'information rue89.fr révèle que le cabinet d'affaire internationale Gide Loyrette et Nouel vient d'embaucher à temps partiel le député-maire-président de groupe deux jours par semaine. Le cabinet d'avocats nous à bien confirmé cette embauche ! Au moment où l'on estime qu'il faut donner plus de pouvoir au Parlement cette façon de traiter le travail parlementaire en considérant qu'il ne prend pas à temps plein, de la part d'un président de groupe est une attitude bien étrange. A moins que Jean-François Copé veuille simplement appliquer la consigne travailler plus - enfin cumuler - plus pour gagner plus !Invité de RTL mardi matin, le député de Seine-et-Marne a justifié ce "choix" d'une activité professionnelle. "Ce n'est pas forcément mal que dans le parcours politique, il y ait la possibilité, par d'autres moyens, d'avoir de temps en temps les pieds sur terre sur ce qui peut se passer dans la vie économique par exemple", a-t-il expliqué au micro de Jean-Michel Aphatie. Il a expliqué avoir "le temps" de mener toutes ses activités de front, affirmant que c'est "une question d'organisation". Et d'assurer : "Cette activité d'avocat bien sûr ne concernera en aucun cas ni l'Etat ni les dossiers que j'ai pu traiter en tant que ministre".(L.F. avec Thomas Legrand) http://www.rtl.fr/info/article.asp?dicid=564929Et podcast de l'interview de JFC par Jean Michel Apathie :http://www.rtl.fr/info/chroniques/chroniquesint.asp?dicid=564917&rubid=17311
Répondre
B
En réponse à la question finale: parce que lui déplaire, c'est la mort politique sinon assurée, du moins vraisemblable, dans ce camp là;NS aussi a fait des pieds et des mains pour plaire à Chirac, avant de se "planter grave" en se commettant avec Balladur. Il a mis des années à redresser la barre. JFC a été chiraquien et ça c'est dur à faire oublier et à pardonner. Finalement il aurait du adhérer au PS dès 2004, il serait dans le gouvernement à l'heure actuelleLe côté "bonhomme" de JFC ne m'a jamais paru évident... Serrer des louches et bizouiller des vieilles dames, c'est le métier de base en politique et Sarkozy sait faire, aussi, de même que Sarkozy sait très bien "faire peuple" alors qu'il est aussi "peuple" que moi je ressemble à Cindy Jones. Je vous rappelle l'épisode du qualificatif de "cloportes" attaché à son opposition qui n'est pourtant pas bien méchante avec lui!
Répondre