Où on parle encore de pistes cyclables (... et des futures municipales) à Meaux.

Publié le 13 Septembre 2007

Ça sent les municipales ! Il n'y a qu'à lire la Marne de cette semaine, et les deux pages qu'elle consacre aux projets de la municipalité meldoise, pour s'en rendre compte. La vidéo surveillance, la plage, les Muzik'elles, les pistes cyclables... on évoque en surface, avec Jean François Copé, des projets en cours de réalisation ou déjà réalisés. Et même un tout petit peu les projets à venir (la nouvelle salle des fêtes), mais attention (!)... ce sera pour le prochain mandat. Si c'est pas de la promesse électorale ça ! ^ ^

"La piste cyclable" c'est l'une des marottes des politiques en campagne (et surtout pendant les municipales).  Et le phénomène va grandissant depuis quelques années où les pistes cyclables sont devenus à la mode (au même titre que tout un tas de jolis mots comme développement durable écologie...) ; un maire ou un prétendant à la mairie qui n'aurai pas d'avis sur les pistes cyclables ! Je n'imagine même pas. Tout bonnement impossible !

Même si le sujet paraît bien léger, il est normal donc de le voir revenir en cette période (pré)électorale. Nos politiques ont bien compris que les pistes cyclables touchaient bien plus les gens que de parler des vrais problèmes de transports, ou de choses plus graves ou plus sérieuses comme la précarité, le chômage, la santé des habitants... On les pardonnera. Car que demande le peuple ? Attention la réponse est difficile : des... des... des pistes cyclables (alors ! vous suivez ou quoi ?)

Si le sujet est donc un peu superficiel, cela n'empêche pas d'y réfléchir sérieusement. Même juste un peu. Et c'est là que le bât blesse. Parce que de réflexion "un peu sérieuse" sur les pistes cyclables, à Meaux, il n'y en n'a pas ! Je l'ai déjà dis ? Ah, oui certainement. Ça ne fera qu'une fois de plus. Mais si je le dis, si je le prétends, c'est à raison. Et il faut regarder la façon dont s'y prend la ville pour traiter les pistes cyclables qu'elle a réalisé ou projette de faire.


D'abord il faut signaler que l'on parle bien de faire des pistes cyclables. Jamais il n'est question de réfléchir en terme de transports ou de plan de déplacement ou de mode de déplacement alternatif. Ce qui au final explique pour beaucoup la façon dont sont réalisés les aménagements des pistes. Ou dit autrement : "on fait des pistes cyclables pour faire des pistes cyclables".

Pourquoi pas ? Ben justement non, ce n'est pas la bonne manière de s'y prendre. Et l'erreur de la mairie ça a été de réaliser les pistes avant même d'avoir établi un plan d'un réseau (fini) ou d'une organisation de la ville par rapport au vélo. Chose relativement simple à réaliser, mais pourtant que l'on n'a toujours pas vu (enfin moi en tout cas je n'ai rien vu). Au passage, un plan de circulation douce, de réseau de piste cyclable c'est tout à fait le genre de chose sur lequel on peut faire de la concertation, avec la population, avec les clubs cyclistes par exemple, etc. Là je ne pense pas qu'il y eu jamais ce type de démarche (mais en même temps il se passe tellement de choses que l’on n’imagine même pas en commissions !)

La création des pistes, a accompagné, la plus part du temps, la réfection d'une voirie (c'est a dire qu'on l'a inclue dans la rénovation de la voirie). Ce qui fait qu'on a un peu partout en ville aujourd'hui des pistes qui vont de nulle part à nulle part, et dont on ne sait même pas si elles répondent à une véritable pratique ou demande des habitants (Avenue Dunant? Avenue des Comtes de Champagne ?). Je passe sur le côté dangereux de certains débouchés de pistes (pont Jean Bureau, pont Foch) De fait ce n'est pas forcément parce qu' "il faut" faire des pistes cyclables (parce que c'est à la mode) aujourd'hui qu'il faut en mettre partout, et qu'on sera montré du doigt si on n'en réalise pas. C'est une question de besoin avant tout.

Enfin une fois qu'elles sont là ces pistes faut-il encore les relier ! Non seulement c'est faire les choses à l'envers, mais c'est en plus transformer un aménagement qui doit être bénéfique à la ville, en quelque chose, comme "un problème à régler" ! Absurde ? Je me le demande.

La logique qui participe aussi à la réalisation des pistes cyclables, telle que s'y est prise la mairie, c'est aussi de montrer qu'on fait. Evidemment, un plan de pistes cyclables, ça reste du virtuel c'est une promesse. Là on fait. La piste existe. (on pense que) Les gens sont contents. Et même si la piste ne sert à rien. Et même si la piste est mal réalisée (dangereux les bateaux de sorties des garages ? Envahissantes les plantes décoratives le long de la piste ?). Elle est la, constatez ! Que dire à ça ?

Et puis pourquoi ne pas faire à un moment donné. Je ne suis pas du tout contre. Mais faire n'importe où ? Faire sans avoir réfléchi avant à comment on vit la ville à vélo?  A qui pratique la ville à vélo ? A pourquoi on le ferait ? Derrière une piste cyclable il faut imaginer qu'il y a tout un tas de considérations qui vont du plus pratique au grand théorique : sur la façon dont est faite la ville, qu'elle se développe, qu'on souhaites ou non réduire la place de la voiture, agir dans le sens de l'écologie, etc. Et à Meaux que veut-on ?


La ville ne semble pas le savoir. Et la vision qu'elle a de la pratique du vélo, et bien qu'elle s'en défende, c'est la pratique pour les loisirs, pour la promenade. Le vélo n'est pas considéré encore comme un moyen de transport à part entière.  Et peut-être qu'a Meaux il n'y a pas de place pour le moyen de transport vélo ? En réalisant des pistes cyclables, la mairie dit que si. Enfin les parcours retenus par la municipalité, à réaliser : gare - parc du Pâtis ou gare - parc Chenonceaux, véhiculent l'image d'un but de promenade, même si ont peut imaginer qu'il s'agit avant tout de relier deux quartiers (Beauval, et le quartier en cours de création de l'avenue de la Marne à l'avenue Foch) au principal pôle de transport intermodal de la ville. Je préfèrerais, personnellement, qu'on le présente comme ça. Mais on craint peut-être d'effrayer les gens en leur disant que si on leur fait des pistes cyclables c'est pour qu'ils les utilisent ! lol.

Ces pistes cyclables accompagnent les grandes transformations de certains quartiers de la ville. Des lieux "visibles". Est-ce le mieux de commencer par là ? Il serait bête de ne pas en profiter. Mais espérons que le reste de la ville ne soit pas oublié pour une histoire de paraître : "Regardez comme ma ville elle est bien ! J'ai mis des pistes cyclables dans mon quartier tout neuf pour bobo !". Je caricature, mais le but il me semble bien là quand même. Après je ne dis pas que c'est mal. Juste qu'il ne faut pas s'arrêter là. Et intégrer enfin une vraie politique de transport et de développement de la ville, de pratiques de la ville par le choix de déplacements alternatifs comme peut le permettre le vélo.

En cela il faut faire aussi d'autres propositions incitatives envers le vélo. Et déjà la ville pose plusieurs pistes de réflexion, mais qui à première vue ne semblent pas tenir debout. 
La première c'est de proposer un parking à vélo à la gare de Meaux. Je pensais qu'il y en avait déjà un ? Petit mais quand même ! Ah non, celui-ci serait un parking qui se trouverait à l'intérieur du PLIR (parking de la gare), et gratuit… mais seulement au début ! Payer pour laisser son vélo au parking ? Je ne trouve pas ça vraiment incitatif.
Ensuite il y a la proposition de louer des vélos, dans l'image qu'on en a de l'opération Vélib'. Pas besoin de faire d'étude (comme l'annonce la mairie) pour voir qu'a Meaux ça ne fonctionnerait pas. Pourquoi pas faire une location de vélo à l'entrée du parc du Pâtis... pour faire des promenades, voir des randonnées dans la campagne ou les bois environnants, mais qu'est-ce qui justifierait à Meaux qu'on loue un vélo ? J'imagine que le principal objet de déplacement à vélo c'est pour se rendre de son logement à la gare (pour y prendre un train), ou aller faire une course rapide en ville. Le reste c'est de la ballade. Ça pourrait peut-être intéressant pour les personnes (comme ça m'est déjà arrivé) qui se retrouvent coincés à la gare à attendre un bus (peu fréquent) pour se rendre a quelques kilomètres dans le village d'à côté, et de ne pas avoir à attendre. Bon mais peu importe, il y a un argument rédhibitoire à cette proposition, qui est : à quoi bon penser un système de location de vélo à Meaux alors qu'il n'y a pas encore l'ébauche d'un début de réseau de pistes cyclables digne de ce nom ? En plus pas sûr que cela concerne grand monde.



Pour conclure, je rappellerais deux choses beaucoup plus générale, et assez proches dans l'idée, concernant la politique municipale et qui trouve échos avec ce sujet des pistes cyclables.
D'abord c'est que la municipalité manque cruellement de volonté politique, ou plutôt d'ambition sur les projets qu'elle doit mener. C'est le cas des pistes cyclables pour lesquelles on aurait pu imaginer un plan de déplacement à l'échelle de l'agglomération (tout à fait faisable). 
Et puis il y a aussi la mauvaise habitude de la municipalité, qui s'approprie à son compte des choses qui ne lui doivent rien, en les présentant pourtant comme étant de son fait ! Les pistes cyclables par exemple sont entrées dans les moeurs et si une autre municipalité gérait la ville elle aurait aussi ses pistes cyclables, peut-être même identiques à celles que l'on voit aujourd'hui. C'est la même chose pour la rénovation urbaine, qui devait se faire (on avait donné 30 ans de durée de vie à Beauval à sa construction, le quartier a passé 40 ans... les destructions / reconstructions se seraient faites, peu importe qui dirige la ville). La municipalité se contente pour la plus part du temps de faire de la gestion, ou de la gouvernance. Mais elle ne prend quasiment jamais parti. Ne fait pas de choix. Et pourtant les occasion et les sujets (aussi léger soit celui des deux roues en ville) ne manque pas pour qu'on y imprime une volonté (j’aurai l’occasion d’en fournir encore des exemples).


Bon voilà, je pense avoir fait à peu près le tour de la question.



Juste une légère digression avant de terminer cet article. Le travail critique de la politique municipale que je produis ici a d'abord vocation à être constructif. A informer et impliquer les habitants dans la réflexion sur la ville. A poser des questions sur des sujets variés, et sur les enjeux de la politique de la ville. Ce travail, à chacun la liberté de se le réapproprier (ou de s'en foutre). Mais souvent, la critique a mis Meaux (le blog) en situation de jouer le rôle de l'opposition. La faute d'une part au manque de prise de parole sur certains sujets de la véritable opposition (le groupe socialiste, atone et quasi inexistant en ce moment, ou encore Ange Anziani, et peut-être d'autres) à la majorité municipale, et d'autre part de l'omniprésence d'un message porté par l'ensemble des média locaux, lénifiant, et ultra consensuel envers l'actuelle municipalité et son action. Cette situation je la subis plus que je ne la revendique. Je n'ai rien à gagner à critiquer pour critiquer et je ne suis pas en course pour la mairie de Meaux. Mon souci c'est la ville de Meaux et ses habitants. Et la volonté de les entendre s'exprimer sur la ville et de les impliquer si possible un peu plus dans le processus de pensée et de fabrication de la ville. La période électorale à venir (on n'en n'est même pas au début) m'inquiète. Je crains, au vu du silence de ceux qui devraient discuter et prendre position, et de la multiplication des déclarations qui s'ajoute au message déjà très complaisant que l'on entend, de me mettre encore plus en état d'opposition. Je l'ai dit je n'ai rien à y gagner. Seulement je ne voudrais pas que l'on déconsidère la critique que je peux produire à cause de cette situation. Au pire je le rappellerais.

Et merci encore aux lecteurs de se blog (si vous pouviez laisser un peu plus de commentaires par contre ! ^^)

Rédigé par F.B.

Publié dans #380 Transports

Repost 0
Commenter cet article

Benjamin 19/09/2007 12:50

Près de la cité administrative, et un peu partout en ville! on n'a pas besoin de grands trucs, juste de quelques endroits où on sacrifie UNE place de stationnement de voiture pour mettre de quoi ranger attaché cinq ou six bicyclettes. Dans les quartiers commerçants par exemple!

Benjamin 18/09/2007 16:08

Et mes parcs à vélo pour qu'on puisse les attacher, de préférence abrités et sans que ça empêche les gens de marcher sur les trottoirs, ça intéresse personne? ^^

F.B. 18/09/2007 20:01

Des parcs a vélo il y en a, mais surtout là où il n'y en n'a pas besoin. Par exemple devant l'office de tourisme, derrière le monument aux morts !Il n'y en n'a pas je crois du côté de la place henri IV. Il doit y en avoir deux ou trois près de la cathédrale... a coté d'une canisette ! lol. Il n'y en n'a pas non plus place de l'Europe. Il y en a devant tous les lycées sauf devant le lycée Moissan, près de la gare. Et bien entendu il sont en sous effectif à la gare...Petit inventaire loin d'être exhaustif. J'aimerais bien vous offrir un beau dossier sur les pistes cyclables à Meaux (pistes et leurs défauts, emplacements et absences des parcs à vélo...) mais je manque de temps pour ça !  

Franck 17/09/2007 22:34

En plein dans votre "digression" et désolé si je colle pas au ton... Je suis pas persuadé qu'on puisse se faire une conviction sur le programme de la mairie grâce à 3 lignes dans la marne... Est-ce que le sujet ne mérite pas plus d'attention que ça? Quelles sont vos sources pour affirmer aussi clairement qu'il y a une totale absence de réflexion sur ce sujet?De mon côté je préfère qu'on profite de refaire les rues qui en ont besoin pour faire les pistes cyclables plutot que de les refaire sans et de devoir les refaire 3 mois après pour coller une piste. pas vous?

F.B. 18/09/2007 10:03

C'est une conviction mais pas seulement à cause de trois lignes dans La Marne. Mais ces trois lignes sont assez révélatrices de l'intérêt "en surface" de projets comme ces pistes cyclables. Et de la confiance aveugle donnée à la municipalité sur de tels sujets. Qu'est-ce qui empêchait le journaliste de demander un plan du réseau des pistes projetées ? De demander une échéance aux premiers parcours qu'annonce la mairie ? De savoir l'ambition de la ville en matière de déplacement à vélo ? ...Vous me demandez mes sources ? Mes sources c'est moi, mon observation. extérieur et intérieur à la mairie. De plan de pistes cyclables je crois me souvenir (époque stage 2003) qu'il en existe un. Du type plan d'aide à la réflexion ; une première étape qui consiste à identifier, surligné en rouge ou en jaune ou enpointillé ou que sais-je, sur un plan des rues de Meaux, des axes, des liaisons ou des parcours possibles... après ? C'est un peu le problème, c'est que je penses qu'aucun document n'est venu après. J'espère me tromper. Mais rien n'empêche la mairie de diffuser ce genre de document sur son site officiel ! J'espère qu'elle le fera.Mais je reste à croire qu'il n'existe pas d'autre document aussi, parce que ce n'est pas la façon de travailler de la mairie. Prenez les documents du PLU (plan local d'urbanisme) : le PADD (plan d'aménagement et dévelopemment durable), le plan oxygène (espaces verts et pistes cyclables) ou enore le plan lumière (éclairage et mise en valeur des monuments de la ville)... tous ces document n'ont qu'une valeur accessoire dans le document PLU. Le PLU qui au final n'est pas plus qu'un POS (plan d'occupation des sols) amélioré. C'est dommage pour la ville. Et c'est exemplaire d'une absence totale de volonté et de choix sur la ville. Certains vous diront que c'est pour ne pas freiner l'action de la ville. A tort je pense. Il faut savoir quand même que j'ai entendu d'une personne de la mairie le genre de phrase : "On n'a pas le temps de penser la ville" Vrai de vrai. Je ne vais citer de nom, je pourrais, mais c'était au cours d'une discution privée de toute façon. Pour moi dont les études sont justement de réfléchir à la ville (notamment), ça m'avait un peu choqué. Plus généralement, beaucoup des outils comme le PADD, sont considérés comme de la paprasserie. Pas des choses sérieuses. Je crains en celà la açon dont va être traité le projet d'agenda 21, annoncé par Jean François Copé au début de l'été dernier.Si j'arrive à remettre la main dessus, j'essaierais de faire un article sur le PADD de Meaux.____________________Sinon oui je l'ai dit, qu'on profite de mettre des pistes cyclables lors de la réfection de certaines voiries, je suis tout à fait d'accord. Mais à condition que ce soit justifié !"devoir les refaire 3 mois après pour coller une piste" c'est amusant, vous avez exactement le même type de réflexion que les gens de la ville... lol. c'est pas méchant ce que je vais vous dire mais la réflexion là est un peu simpliste et  certainement pleine de bon sens, mais il faut aller au delà. Vous avez l'excuse de ne pas être un pro du sujet. Pas la ville. Pas le personnel de la ville. voilà l'une des raisons qui font que je suis exigenat envers les choses que produit la ville. Enfin je note une dernière chose sur cette réflexion c'est sur le "coller une piste". C'est que le probleme semble revenir à "coller" ou caser ou faire entrer dans la ville coute que coute des pistes. C'est ce que fait la mairie. et c'est le probleme auquel elle essaie de répondre. mais c'est se tromper de probleme ! C'est ce que j'essaie de dire. La première problématique concernant les pistes cyclables et leur création c'est le besoin de la ville en la matière, et par rapport à la problématique plus générale des transports. Je sais que ce n'est pas forcément facile a expliquer, mais une piste cyclable ce n'est pas qu'une piste cyclable, même si il n'y a rien de plus bête qu'une piste cyclable. En espérant vou avoir répondu FRANK. ;-)

Benjamin 17/09/2007 14:33

Je crois l'avoir écrit... sauf peut être le long de quelques avenues très larges je ne vois guère l'intérêt de pistes cyclables à Meaux quand au contraire des pistes permettant de s'extraire ou de rentrer dans la ville sans danger seraient plus que nécessaires parce que RN3 comme route de Senlis ou route de Melun, on fait mieux pour "dégager"!En revenche ce dont on manque cruellement, ce sont de parkings à vélos, répartis un peu partout, où on pourrait attacher nos machines!