Architecture : réflexions sur l'objet architectural, etc.

Publié le 2 Septembre 2007

Cet article a vocation à faire une transition entre les dernières notes en date parlant d'architecture et d'urbanisme - telles que "J'ai fait un rêve" *, je pose la question de l'architecture comme objet esthétique et sa place possible à Meaux, ou les aménagements de la ZAC du quartier Luxembourg ** - et des notes en préparations, et notamment sur les mutations de l'avenue Foch, lieu de grandes opérations de promotion immobilières.

Il s'agit donc de faire quelques rappels, assez généraux sur l'architecture et l'urbanisme et la façon dont ils se font, et pour cela, j'emprunte (j'ai beaucoup emprunté ces derniers temps ^ ^) à la Marseillaise (quotidien de la ville de Marseille) une discution sur les mutations de la ville, concernant un grand projet urbain en train de se faire :
Euroméditerranée. Un article lui-même cité sur le blog "Marseille, la ville, son ARCHITECTURE, ses ruses !" *** où j'ai pu le lire et d'où je le tiens.

Il ne s'agit pas d'une comparaison entre Meaux et Marseille - petite digression à ce sujet, mais l'idée de comparer les villes entre elles revenant assez souvent ici, je pense y consacrer prochainement un article, histoire de savoir où se situe Meaux et à quelles autres villes peut-on vraiment la comparer, et sur quels points ? De façon à pouvoir rendre l’argumentation un peu plus pertinente sur la ville dans de futurs postes,... lorsqu’il sera question de comparer. ^ ^
Pas de comparaison donc ici, juste retenir que certains enjeux architecturaux et urbain ont une portée relativement universelle, et qu'il me semble que ce qui est dit dans cet article vaut aussi pour Meaux. Pour vous en convaincre je vous renvoie à la lecture des articles que je citais précédemment, et j'essaierais de le montrer aussi dans les articles à venir.


En attendant voici l'article en question :


QUAND L’ARCHITECTURE FOCALISE SUR L’ESTHÉTIQUE
La Marseillaise - 02-09-2007

Qualité architecturale n’est pas forcément synonyme de qualité urbanistique. Si les tours proposent des objets spectaculaires… et rentables, derrière, au sol, des gens vivent. Architecte et urbaniste œuvrant à Marseille, Guy Sroka propose une analyse dissonante dans le concert de louanges que suscite le programme d’immeubles de grande hauteur sur le périmètre Euroméditerranée.


Vous dénoncez le danger d’une architecture spectaculaire ?

C’est un vieux débat mais on peut encore aujourd’hui réfléchir à l’évolution de l’architecture qui, d’une certaine manière, a abandonné la dimension sociale inhérente à sa discipline pour se donner toute entière au design. La venue d’objets spectaculaires sur Marseille présente cependant des avantages. Cela a une vertu pédagogique indéniable pour les habitants qui, jusque-là, ne connaissaient que « l’ovni » de l’Hôtel du Département conçu par William Alsop, Le Corbusier mis à part. Deuxièmement, cela ne pourra qu’améliorer le niveau général des constructions « courantes » de bureaux et d’habitat qui, aujourd’hui, sont de la plus grande banalité. Enfin, c’est probablement le prix à payer pour accéder à la notoriété internationale, Marseille étant en concurrence avec des villes comme Lyon, Gènes ou Barcelone qui ont, toutes, l’objet architectural symbolisant leur renaissance. Mais face à la profusion des objets sur Marseille, quel sera celui qui sera le plus à même de représenter Marseille ?


Mais vous dites aussi qu’une architecture de qualité n’est pas forcément synonyme d’urbanisme de qualité ?

Non et c’est précisément le danger. En effet, le débat ne se focalise plus sur les grands enjeux de société, sur l’avenir et le cadre de vie des habitants mais sur l’esthétisme. Le projet Euroméditerranée ne suscite aucun débat contradictoire, aucune critique formelle n’est formulée par la classe politique, par les architectes et même les associations se cantonnent à des interventions contre les expulsions. Or, cela a des conséquences multiples dont la plus significative est l’absence de toute concertation avec la population : les habitants sont seulement informés lors d’opérations purement médiatiques.


Tout ceci dissimule pour vous les orientations ultra-libérales de ce plan de développement urbain ?

La traduction spatiale de l’ultra-libéralisme se manifeste par l’adoption d’un plan d’urbanisme privilégiant les zones constructibles au détriment de l’espace commun et par une densité bâtie maximum sur une surface au sol minimum. Ce que l’on retrouve sur Euroméditerranée qui propose une déréglementation autorisant des immeubles de grande hauteur et une série de micro espaces publics, le tout dans une vague philosophie de ville dense, « chaotique » et verte. Concrètement, les tours de bureaux sont rentables. Mais elles auront des ombres portées au sol qui vont indéniablement influer sur la qualité de vie des habitants qui, eux, vivront derrière. De plus, on n’a pas créé les grands espaces publics qui peuvent contrebalancer un urbanisme vertical comme avec Central Park à New-York. On a préféré disséminer de petits squares sans communauté d’échelle.


(Propos recueillis par Angelique Schaller) 
 



*  http://meaux.over-blog.net/article-11785921-6.html#comment20431361
** http://meaux.over-blog.net/article-11714083.html
*** http://ma-buse.blogspot.com/

Rédigé par F.B.

Publié dans #720 Architecture et Patrimoine

Repost 0
Commenter cet article

Gb 22/09/2009 11:37


Euromedittérannée  n'est qu'n ramassi de merde. C'est la destruction de la vie, mis en place par les maitres du Capitalisme.  Il ne faut pas se laisser berner par ces belles tours au
formes contemporaines et à la directioin culturelle de l'événement.
Lorsqu'on sait que jean claude gaudin, le maire de Marseille, a voulu construire à la place du Mucem (un des très gros projets d'euroméditerranée), un garage pour bateaux de millionnaires, on
comprends jusqu'où va la "culture" !


yohann le gall 10/10/2007 15:18

bonjour etant artiste et aillant participe a l'animation "relativement peu interressante" de "meaux remonte le temps" je suis a la recherche de photo de cette journée ou de tout site ou je pourrais m'en procurer merci d'avance mes seincere salutationyohann