Saint Fiacre (fêté le 30 août)

Publié le 30 Août 2007

L'occasion de dédier un post à ce Saint "local", descendant d'une famille noble irlandaise, et venu s'installer près de Meaux accueillit par Saint Faron au VIIe siècle.

Saint Fiacre a été longtemps un personnage très populaire. Et le 30 août donne encore lieu aujourd'hui à des fêtes données en son nom ; notamment à Orléans :
http://www.loiret.com/cgloiret/index.php?page=display&class=actualite&object=eve_stfiacre&method=i_display_full&evenement=1. On célèbre la Saint Fiacre aussi à Sens, à Avon, à Villemomble... et dans les nombreux villages qui portent le nom du saint (dont celui près de Meaux ?)

La tradition attachée au saint patron des jardiniers (guérisseur des hémorroïdes ^ ^), s'est apparemment un peu perdue dans la région de Meaux (c'est bête, les hémorroïdes ça ferait un bon thème pour une fête populaire... :-p).

Une chapelle lui est dédiée dans la Cathédrale Saint Etienne de Meaux, où un vitrail datant de 1927 raconte son histoire et sa rencontre avec Saint Faron. On y trouve aussi dans le déambulatoire nord, une statue en bois du saint, mais ne représentant pas ses attributs traditionnels (la bêche notamment).


vitrailstfiacre01.jpg

Détail du vitrail de Saint Fiacre



Pour en savoir plus sur l'histoire de ce saint, je vous renvoie à une excellente note sur l'encyclopédie en ligne Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fiacre_(saint) dont je vous livre un extrait :

[...] Fiacre construit un monastère pour ses compagnons et s'installe lui-même dans une petite maison à l'écart, où il accueille les pèlerins de passage, fait la charité aux pauvres et guérit les malades en leur imposant les mains. Mais, « la renommée de sa sainteté s'étant répandue partout comme un parfum », il souhaite rapidement disposer d'un terrain plus vaste pour y créer un jardin, afin de cultiver des légumes pour ses visiteurs et des herbes pour ses malades. Il recourt une nouvelle fois à la générosité de Faron.

[...] Faron accorde à Fiacre la quantité de terre et de bois qu'il sera capable de délimiter, tout autour de sa maison, par un fossé creusé de sa propre main en une journée de travail. Le saint se met en prière, puis marche en traînant derrière lui son bâton qui creuse le sol d'un sillon large et profond tandis que s'abattent, de part et d'autre, les arbres qu'il touche. Une méchante femme, spectatrice du miracle, se précipite chez Faron et accuse le saint d'être un sorcier. Fiacre découragé s'assoit sur une grosse pierre qui se ramollit et se creuse pour lui offrir un siège convenable. Mais Faron reconnaît à ces prodiges les vertus de l'homme de Dieu et renvoie la femme à sa quenouille. Les fossés et la pierre sont toujours là pour témoigner de la fondation miraculeuse et depuis ce temps, ajoute l'hagiographe, aucune femme n'est plus entrée dans le monastère du saint sans être frappée dans son corps d'un châtiment divin.
  

Rédigé par F.B.

Publié dans #940 Histoire

Repost 0
Commenter cet article