Un pont habité à Meaux (3)

Publié le 22 Août 2007

Construire "sur" la Marne est possible. Techniquement. Et sans oublier le contexte dans lequel on viendrait agir : "la reconquête (des berges) de la Marne". J'y reviendrais plus loin, mais plus simplement, l'idée de reconquérir la Marne peut passer par construire les berges, ou sur les berges (on peut voir quoi, où et comment…).


Tout est possible donc, à condition d'avoir et l'argent et la volonté de le faire. Une volonté politique, qui est là pour faire poids surtout face à l'outil administratif très empêcheur. Bien sur la prise de décision politique ici se justifierait parce qu'on prévoit de faire quelque chose "d'exceptionnel", à forte valeur ajoutée et sur quelque chose qui n'entre pas dans les cases de la réglementation. Cette pratique n'est pas à encourager en temps normal, sinon pourquoi faire des règles d'urbanisme ^^. Cependant ce genre d'écart arrive de temps en temps. Comme par exemple je suppose ce fut le cas pour la péniche restaurant, qui a du bénéficier d'un petit coup de pouce de la part de l'administration pour pouvoir s'établir à coté de la halte fluviale.



L'argent c'est l'autre facteur déterminant. Et si on veut un beau projet, et vu les contrainte du site, de l'argent il en faut... et beaucoup !



Mais qui pourrait financer un tel projet ?
Le choix est vite vu : soit c'est du financement public (la ville, le département, la Région, peut-être l'Etat), soit du financement privé (individu ou société...)... ou à la limite un partenariat public / privé. Mais ce qui déterminerait le choix de l'un ou l'autre serait le programme de ce bâtiment : bah oui, qu'est-ce qu'on peut mettre dans ce bâtiment ? Que fait-on dans ce bâtiment ?

Dans le cas que j'évoquais dans l'article précédent, les moulins si ils étaient encore là auraient une destination sans doute de musée. Personnellement je ne suis pas pro-musée. Le musée c'est ce qu'on met quand on ne sais plus quoi inventé. Ou alors une fondation, comme Guggenheim ou Louis Vuitton, dans une démarche de mécénat... mais à condition de connaître un mécène et qui s’intéresse à Meaux ^ ^ ! Sur la question du musée, je fais une petite digression, mais j'aurais l'occasion d'y revenir quand il s'agira de parler du futur musée de la Grande Guerre.

Donc pas un musée. De l'habitat ? L'opération serait coûteuse, pas forcément des plus confortable (l’emplacement est chouette mais où se gare-t-on ?) et peu rentable au final. En outre une opération de logement ne permettrait possiblement pas de faire une architecture "osée", ou à l'esthétique poussée, comme je le montre.

Reste donc peu d'option. Un bâtiment esthétique, rentable et visitable et qui n'est pas un musée : un bâtiment a destination commerciale et touristique ? Soit un complexe mélangeant le programme d'un hôtel par exemple, avec des boutiques (cafés restaurants, ou autre), et auquel on pourrait rajouter un espace d'exposition, ou une petite salle de spectacle - pourquoi pas y déménager le théâtre Gérard Philippe ? Ça me semble être le plus viable et intéressant. Mais ce programme ne peut venir que d'une proposition de la part du privé.



Admettons qu'on a franchi toutes ces étapes (fiouf ^ ^), qu'on a l'idée, le programme, l'argent, le soutient du politique, reste à savoir où on construit ? Et qu'est-ce qu'on construit (la forme du bâtiment)? J'ai l'impression avoir déjà répondu à ces questions, mais peut-être préciser quelques petites choses.



Où on construit d'abord. Théoriquement, si on dit on construit un bâtiment sur la Marne, on peut le faire n'importe où (ou presque) ! Seulement à Meaux dans la boucle qui va du pont Foch au barrage, il n'y a pas autant de possibilité que ça. Et l'emplacement des anciens moulins, sur le pont du Marché, au-delà de "l'évidence" (pour les raisons historique, d'image, de symbole, etc.), est aussi le seul qui au niveau des vues (ne nuit pas à la vue sur la gare, sur la mairie, sur le pont du Marché), des perspectives, de l'emplacement de l'articulation des lieux, de la continuité de l’espace urbain... fonctionne ! Le seul argument contre que je suppose : "peut-on toucher au pont du Marché ?" Et bien oui. Le pont du Marché, au risque d'en décevoir certains, n'a rien, valeur esthétique ou historique, tel qu'on ne pourrait pas y toucher. Si son histoire remonte à l'antiquité, en tant que lieu de passage, l'ensemble du pont est un collage de pièces de toutes les époques, tellement il a été modifié, refait, démoli reconstruit, avec au cours de son histoire toujours la menace de le voir s'effondrer :-). Les moulins avaient plus de valeur que le pont sur lequel ils étaient construits. Dés lors même si c'est une pièce historique, lui ajouter un bâtiment c'est lui ajouter une valeur réelle, qu’il n’a pas aujourd’hui.


ponthabite02.jpg


Ce qu'on pourrait construire
? J'ai donné ma vision, enfin je l'ai empruntée. Et je trouve que le bâtiment de Gehry a beaucoup d'atouts pour lui. Les formes très sculpturales, cette sorte de nuage de verre ou d'iceberg, entre ciel et eau, forme hybride de monstre semblant sorti de la rivière, objet dynamique, futuriste, intemporel, déconstruit, brillant, transparent... une belle image. Mais le bâtiment existe déjà ailleurs. Ce serait donc autre chose. Tout ce qu'on peut imaginer. Seul règle : ne pas faire un bâtiment qui soit une copie des moulins (?)

User de l'Architecture (avec un grand "A") pour ce projet, c'est aussi affirmer l'exception du lieu. Autrement dit si un jour on décide de faire quelque chose à cet endroit alors il faut que la réponse apportée soit exceptionnelle ! Meaux n'a pas tellement je pense de possibilité de faire de la grande architecture sur son territoire. Peut-être une ou deux occasions. Mais quand elle aura cette occasion de le faire alors elle ne devra pas passer à côté. Le projet de la future salle des fêtes pourrait être à haute valeur ajoutée architecturale ! Maintenant est-ce que c'est le choix que l'on fera ? Déjà il sera important de voir elle se fera...




Un mot avant de finir...
Evidemment ce projet n'est qu'un rêve. C'était dis dés le début. Mais essayer d'imaginer ce type projet aboutir c'est déjà considérer qu'on pourrait faire des choses auxquelles on ne penserait pas ou qu'on abandonnerait aussitôt, sur la raison qu'on est à Meaux ? J'ai toujours trouvé ça idiot comme argument. Surtout que rêver (en grand ^ ^) amène à aborder aussi des questions déjà abordée, sous un autre angle. A l'exemple de la façon dont on peut se réapproprier la Marne et ses berges. Et construire n'apparaît pas l'idée la plus flagrante. Elle n'est d'ailleurs pas évoquée. On parle de franchissements, de mise en valeur de l'existant mais pas de construire, pourquoi ? On peut ! Je l'affirme. Et c'est ça que dit se rêve, en allant jusqu'à évoquer de construire sur un pont, faire un pont habité qui pourrait avoir une portée symbolique, d'attraction touristique, de bel objet urbain esthétique, etc. Plus raisonnablement on peut construire des bâtiments sur les berges. Sur les quais. On peut aussi poser des objets sur la Marne : péniches, formes de bateaux lavoirs, piscine flottantes, passerelles, bacs, pontons... Des bâtiments en béton, en pierre, en bois ou en métal. A destination de commerce, d’expositions temporaires. Des hôtels, des équipements. Des bâtiments éphémères... Quelle plus belle manière de reconquérir la Marne d'en faire un vrai lieu habité ? Mais la réponse jusqu'à présent est timide. Les municipalités qui se sont succédé n'ont que trempé le petit orteil dans l'eau de la rivière plutôt qu'y plonger entièrement.



Le rêve que j'ai fait c'est un appel à voir des habitants, des élus, oser imaginer, oser rêver leur ville.    ;-)

Rédigé par F.B.

Publié dans #720 Architecture et Patrimoine

Repost 0
Commenter cet article

Benjamin 25/08/2007 18:49

Oui, mais on aurait la turbine produisant le courant avec l'alternateur au dessus, on aurait différentes structures de matériaux pour mesurer les pertes d'énergie, on aurait les pompes à chaleur grâce à la "source chaude" prise dans le fleuve, etc.

Benjamin 22/08/2007 20:30

Une fondation dédiée aux "nouvelles manières d'habiter" et aux économies d'énergie; et s'il y avait des moulins c'est qu'il y a une mini chute: donc une micro-centrale, même stymbolique, à des fins de démonstration pédagogique (la turbine évoluant dans un espace transparent). cela plus une toiture en tuiles solaires, plus une recherche de matériaux écologiquement corrects, ça le fait! (murs de bardeaux, par exemple)

F.B. 25/08/2007 14:56

Oui pourquoi pas. Mais je voie plus cette idée exploitée à travers un pavillon d'exposition éphémère pendant la foire de Meaux que dans une structure "musée". A voir aussi en parallèle de ce que fait la Cité des Sciences dans le domaine des sciences pédagogiques ?