Mobilier urbain : la guerre aux "bites" (de trottoir) est déclarée

Publié le 25 Juillet 2007

Rien de graveleux dans l'histoire. Les bites dont il est question, on les appelle aussi potelets. Vous savez, ces éléments de mobiliers urbains, sensés rendre l'automobiliste un peu plus con... pardon, sensés faciliter la vie de l'automobiliste en lui interdisant de se garer là où il ne faut pas (oh le vilain !). A l’heure de l’incivisme et de la déresponsabilisation maximum, vivent donc les jolis potelets qui fleurissent un peu (et surtout) n'importe où le long des trottoirs de nos villes. Parfois jusqu'au ridicule.

De ce qui est, je ne sais pas vraiment, ou une marotte ou une lubie des services techniques trop heureux de commander le dernier modèle du fabricant untel (celui qui est dans le catalogue page 45, avec un pommeau chromé ! ), ou bien alors peut-être une maniaquerie propre à un élu passionné de sécurisation de l'espace public, ou foncièrement anti-voiture (depuis qu'il a perdu les deux derniers points de son permis de conduire), un vaillant blogueur a décidé de faire un combat (le sien, le notre… lol) :

http://benlem2.canalblog.com/ 


Drôle autant que sérieux, le travail de l'auteur de ce blog pour le moins singulier est vraiment formidable. Et tout est dit dans ses photos avant/après, où par un simple jeu de retouche (il efface de la rue potelets et barrière disgracieuses et absurdes) l’auteur vous montre ce qu’est la ville avec les potelets et ce qu’elle serait (ou était) sans. Pour le moins efficace ! 

t-blog22.jpg


"Ils sont là,
À peine visibles au premier abord, et pourtant bien là.
Quand on s’y attarde, on ne voit plus qu’eux.
Comme une mauvaise herbe qui polluerait nos campagnes,
Ils s’attaquent davantage à la ville.
Ils y sont bien, et nous ne sommes pas prêts à les déloger.
Ils se reproduisent à vitesse fulgurante,
Grignotant un peu plus tous les jours notre espace vital.
Ils résistent à toutes les intempéries, tous les virus, tous les cataclysmes.
Pour se défendre, ils ont déjà blessé.
Leur force : s’implanter doucement, discrètement, dans notre quotidien
Sans qu’on s’en aperçoive.
Ouvrez les yeux, vous finirez bien par les voir.

LES ENVAHISSEURS SONT PARMIS NOUS !!"





Si j'ai ouvert une catégorie dédiée au Mobilier Urbain sur Meaux (le blog), c'est aussi pour attirer l'attention sur ce genre de manifestation dont est victime l'espace public. Je ne pouvais donc manquer de partager avec vous, ce blog dont j’aime beaucoup la démarche.

Rédigé par F.B.

Publié dans #670 Mobilier Urbain

Repost 0
Commenter cet article