Economie : investisseurs de tous pays unissez vous...

Publié le 14 Juin 2007

On m'a solicité par mail pour diffuser cette information, que l'association Love Money pour l'Emploi en Seine-et-Marne, organisait une réunion publique le 28 juin prochain à Meaux, Salle Rapin (cité administrative). L'association (si j'en ai bien compris les fonctionnements), propose de soutenir et effectuer un travail de conseil par exemple sur des projets de création d'entreprises, ou de rachat de société (en difficulté), en jouant la solidarité auprès de "petits" investisseurs. Une sorte de coopérative, ou le principe des SCOP (société de coopérative de production). 

Un mode de gestion pas forcément facile, puisqu'il demande une vraie organisation de toutes les parties - une société basée sur la coopération c'est au lieu d'un patron, 20, 50, 100... petits patrons. Toutes les décisions se font de façon collégiales. On est dans un système d'"actionnariat salarié" et un capitalisme solidaire, où les salariés (investisseurs) touchent une participations, en fonction de ce qu'ils ont décidé, sur une partie des bénéfices (25% à peu près). L'un des avantages aussi est que la coopératives ne paie pas de taxe professionnelle !

Ce type d'action à notamment la vertu de soutenir les employés d'une société au bord de la faillite, en redressement, ou destinée à être délocalisée, en permettant aux employés de racheter leur entreprise et sauver ainsi les emplois. Le système n'est pas si connu que ça mais mérite à mon sens d'être découvert.


Pour plus d'information sur les SCOP c'est ici : http://www.scop.coop/

Et pour la réunion de l'association Love Money : http://www.love-money.org/seine-et-marne/

Connaître les outils de la création d'entreprise, sur le site du Ministère des Finances et de l'Emploi : http://www.pme-commerce-artisanat.gouv.fr/

Rédigé par F.B.

Publié dans #330 Economie - Commerce

Repost 0
Commenter cet article

Benjamin B 26/06/2007 20:43

Juste un (tout petit) truc: pourquoi "love money"?"Aimez l'argent pour l'emploi", ça sonnerait bien aussi, non? ^^

Benjamin B 26/06/2007 18:14

Là c'est plus clair, plus diactique et nettement plus engageant!

Didier SALWA 26/06/2007 15:24

Bonjour,Tout dabord je vous remercie d'avoir relayé sur votre blog l'annonce de la réunion d'information que nous organisons (bénévolement) à Meaux jeudi prochain.Je regrette que, malgré nos efforts, notre commnication de soit pas plus engageante. Nous sommes preneurs de vos remarques et suggestions pour nous améliorer à ce sujet.Pour information, je vous adresse le projet du communiqué que nous comptons diffuser en fin de semaine. N'hésitez pas à y apporter vos critiques.Didier SalwaProjetCommuniqué de presse de la Fédération des Associations Love Money Pour l’Emploi  A l’attention des services Economie et Emploi Le .. juin 2007 Aujourd’hui, un Français sur dix est actionnaire de sociétés cotées en bourse. Les associations Love Money Pour l’Emploi visent à ce qu’un autre Français sur dix, même à revenu modeste, devienne actionnaire d’entreprises innovant dans leur domaine portées par des personnes démunies financièrement. Exemple d’une nouvelle forme de capitalisme solidaire pour les entreprises innovant dans leur domaine : Un arboriculteur bio cherche 100 actionnaires prêts à souscrire !Aidé par l’association Love Money pour l’Emploi, Olivier Devêvre, producteur bourguignon de Truffes, de Safran et de Pêches de vigne bio, ouvre et augmente actuellement le capital de son entreprise pour innover en montant un atelier de transformation certifié Bio, créant des emplois et ayant de réelles perspectives de développement. Pour les porteurs de projet pouvant y accéder, l’endettement bancaire constitue un engagement difficile à tenir. Une autre forme de financement, rarement utilisée en raison de sa méconnaissance, consiste à faire appel aux particuliers (proches, amis, voisins et tierces personnes) appelée « le love money » ou « l’argent de ceux qui vous aiment ». S’il existe diverses formes de prêts pour des micro projets d’entreprises portés par des personnes démunies ou en situation d’exclusion, il n’existe aucun moyen de financement adapté à leur projet si celui-ci est trop ambitieux ou novateur et nécessite un capital de 50 000 à 200 000 euros.Pourtant, certaines personnes démunies financièrement, ont le potentiel de réaliser des projets pouvant s'avérer très rentables pour des investisseurs individuels et avoir des retombées positives en terme de création d'emplois.Une solidarité intergénérationnelle, extra familiale, gagnerait donc à se développer en France.Le concept Love Money invite dans ce sens le grand public (riches ou pauvres, business angels ou Rmistes) à participer en temps, en compétence ou en capital à des projets d’entreprises innovantes et créatrices d’emplois.L’association guide les dirigeants afin qu’ils respectent l’esprit et les règles de l’appel à l’épargne pour réaliser des augmentations de capital. Cette technique est couramment employé par les sociétés du CAC 40, pour des montant nettement plus important et avec un nombre élevé d’actionnaires, mais n’est jamais utilisé par des entreprises trop petites car non rémunératrices pour les professionnels de la bourse. Les associations Love money proposent de transmettre leur forte expérience en la matière pour aider les projets innovant dans leur domaine portés par des personnes démunies financièrement. Depuis 1998, ce concept a été expérimenté. Il a permis de mobilisé 800 personnes qui ont souscrit en moyenne 400 euros par an. Un total de 2,5 millions d'euros a été ainsi été souscrit en huit ans directement, sans intermédiaire, dans neuf entreprises innovantes portés par des personnes en difficultés. Cent emplois ont ainsi été créés. Pour la petite histoire, Olivier Devêvre, souhaite mieux valoriser sa production bio en la transformant (en liqueur de pêches de vigne, coulis, sorbets…) et développer une activité de négoces de Truffes et d’épices.Ne disposant pas des moyens financiers pour réaliser l’investissement nécessaire, il créé la société « Le Cos-Piguet » qui n’a pas encore réalisé de chiffre d’affaires mais affiche de solides ambitions.Il découvre l’association Love Money qui lui apprend à préparer et réaliser une augmentation de capital.L’opération est en cours : 7 000 actions sont à souscrire au prix unitaire de 15 euros.Olivier Devêvre sollicite actuellement les différents acteurs de la finance solidaire ainsi que son entourage amical, professionnel ou associatif, pour qu’ils investissent individuellement des montants de 75 euros à 7 500 euros. Contacts : Fédération des associations Love Money Pour l’Emploi :Guillaume Lainé - tél. : 01 48 00 03 35Site : www.love-money.org                                                         Société Le Cos-Piguet SA:Olivier Devêvre - tél. : 03 85 59 99 72Site : www.lecospiguet.com Fédération des associations Love Money Pour l'EmploiAgréée « Entreprise Solidaire » - Enregistrée à la Préfecture de Police de Paris sous le numéro d'ordre 97 / 2402Siège : 10, rue Montyon 75009 Paris - Tél. : 01 48 00 03 35 - Fax : 01 48 24 10 89 - Mail : federation@love-money.org

Benjamin 15/06/2007 20:54

Je ne suis pas réticent contre CET organisme, je suis attentif, c'est tout... Une mauvaise expérience m'a suffi.Les informations que vous m'avez données me rassurent en très grande partie. Donc je vais jeter un coup d'oeil attentif, et me rendre à la réunion si mon emploi du temps me le permet, pour voir si je puis être utile à quelque chose.J'ai reçu la même sollicitation que vous, et j'aurais aimé que dans la documentation envoyée par courriel tous ces éléments apparaissent sans qu'on n'ait à les chercher. Il n'y aurait pas eu d'ambiguïté.

F.B. 16/06/2007 16:38

Je comprends votre point de vue...Et c'est vrai que ni le document envoyé ni le site ne sont très engageants... ^ ^ 

Benjamin 15/06/2007 09:53

Loin de moi l'idée de dire a priori le contraire, et ces informations sont rassurantes.Je voulais seulement attirer l'attention sur le fait qu'il fallait systématiquement opérer ce genre de démarches. Une insertion sur un site ministériel, moi, ça ne me suffit pas (dois-je citer l'exemple sinistre de l'ARC qui était considérée quasiment comme un organisme public). Quel est le comité de parrainage, le nom des personnalités morales qui s'engagent derrière cette association?

F.B. 15/06/2007 10:09

Et ben outre le fait, que vous avez un trombinoscope des membres de l'association sur leur site internet, qui pour moi est déjà une garantie, d'une manière, cette réunion est soutenue par le CEZAM (Association de Chefs d’Entreprises des Zones d’Activités du pays de Meaux ), affiliée à la chambre de commerce et d'industrie du 77... etc. Est-ce que ça vous suffit comme organisme garant. Et je vous rappele ce n'est pas une association a but lucratif. C'est juste un outil de financement d'entreprise, parmi d'autres outils. Si connaitre cet outil peut aider certaines personnes, alors il mérite d'être connu.J'avoue que je ne comprends pas trop les réticences que vous avez contre cet organisme.Vous, savez je suis parfois candide, mais aussi de nature soupçoneuse, je ne relègue pas une info sans connaissance de cause. si j'avais senti la malhonnêteté je n'aurai pas relié l'information. ça m'est déjà arrivé.