Ballades au musée

Publié le 18 Mai 2007

J'ai été vraiment content de la dernière conférence du cycle sur l'art contemporain, proposé depuis quelques mois à Meaux, et qui s'est tenue au musée Bossuet le mardi 15 mai dernier, à 20h, en présence des artistes qui exposaient leurs œuvres dans le cadre du Festival Eclat d'Art.

 

Présentées dans les atypiques salles basses du Palais Episcopale, l'exposition intitulée "entr'autre" (jeu de mot sur l'expression "entre autre chose" et l'idée d'être "entre personnes", "au milieu des autres"), les toiles sérigraphiées et peintes de Sabine André-Madrignac et les installations-sculptures de son compagnon Claude Donnot, se rejoignent autour de la notion d'humanité, et le rôle de la communication, du langage, dans cette définition de ce qu'est l'homme.

 

entrautre05.jpg

 

Sabine André-Madrignac travaille ses toiles au corps. Chaque toile, à la base une sérigraphie comportant des portraits morcelés (portraits dessinés d'après photos, présentés aussi dans cette exposition), est une suite de superpositions de motifs, de couleurs, de silhouettes, de calligraphies, qui au final donnent à voir, ou renvoie à un être humain, dans sa densité, sa multiplicité, sa simplicité. Le format des toiles, à taille humaine, renforce cette impression de personnification. Autant de toiles, autant de personnes. Autant d'yeux, de regards qui se posent sur vous, qui créent un dialogue et une émotion intéressante entre vous le spectateur et l'oeuvre. Tout ce travail (et la notion de travail est importante chez les deux artistes) fait qu'on n'en finit jamais d'explorer les images, et trouver parfois des répétitions (motifs de cerveaux, crânes, coeurs, yeux, lignes, calligraphies...), des renvoies d'une toile à l'autre, etc. La notion de série est importante ici.

 

entrautre01.jpg

 

Pour Claude Donnot la démarche est différente. Artiste récupérateur, le matériel qu'il stock ne prend son sens que lorsque l'idée vient. L'oeuvre se fait alors. Elle aussi demande un travail. En est l'exemple l'oeuvre intitulée le "bouleau-presse" : tronc formé a partir de dizaines de milliers de pages de journaux superposées. Comme un arbre qui se reformerait à partir du papier qu'on a tiré de lui. La référence aux mythes de l'humanité (à travers l'installation Babel, ou l'Obélisque), est une référence assez forte du travail de Claude Donnot. 

 

entrautre02.jpg


entrautre04.jpg

 

Si les oeuvres sont sérieuses, l'humour  et la légèreté n'en sont pas absents. En témoignent les nombreux jeux de mots utilisés à travers les calligraphies ou dans les titres des œuvres.

Bref une exposition qui m'a plu. Touché. Intéressé. On aurait peut-être pu aller encore plus loin, notamment en ce qui concerne les installations, desquelles on reste un peu à l'écart (structures pas assez solides pour être pratiquées)... regret d'un petit manque d'interactivité donc, qui auraient pu tout à fait se faire dans le cadre de cette exposition, et avec les oeuvres présentées. Enfin, une exposition qui est le juste milieu entre l'exposition traditionnelle d'un bon niveau et un art contemporain accessible. Un bon point pour la ville de Meaux, d'avoir permis cette exposition, qui prendra fin le 10 juin prochain. Dépêchez-vous d'aller la voir !

 

 

 

Hier soir, samedi 19 mai, je me suis rendu à nouveau au musée Bossuet, cette fois pour la manifestation la Nuit des Musées. Manifestation nationale qui propose de redécouvrir les musées de France lors d'une ouverture en nocturne (bien que la nuit à cette époque ne tombe pas avant 22h00)...  J'y suis allé sans a priori, et ne m'attendant à rien de particulier non plus. Et j'ai bien fait puisque effectivement il ne s'est rien passé de bien intéressant ou d’extraordinaire lors de cette ouverture spéciale.

Le musée Bossuet promettait une animation musicale par le conservatoire et l'harmonie, et en effet  des jeunes musiciens se sont succédés, et ont proposé de courts extraits de morceaux classiques, à la fois dans les salles basses et au premier étage du musée. Hélas, je n'ai trouvé aucun intérêt à cette animation. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons. La première étant que les jeunes musiciens, même si il jouent vraiment avec talent, ont joué sans ordre de passage, sans respecter un horraire ou un timing particulier, sans être présentés : tout semblait se faire "à l'arrache". Même si il y avait quelques sièges, le but premier n'était pas un concert, mais un accompagnement musical des visites. Au final la musique n'apportait rien à la visite, et inversement, le cadre ne mettait pas en valeur les musiciens. On aurait pu (ça s'est déjà fait, par le passé, pour un concert baroque également au musée) faire habiller les musiciens en costume d'époque, imaginer une mise en scène, un accueil du public par des acteurs... quelque chose d'un peu plus préparé, un peu plus sophistiqué, sans pour autant aller dans des choses compliquées. Souvent le matériel nécessaires et les conditions pour faire bien sont déjà là mais pas mise en oeuvre. Peut-être par un manque de volonté, ou par un manque d'organisation, certainement par un manque d'exigence... Je pense qu'on est en droit d'attendre quelque chose de vraiment bien. Or, aujourd'hui pour beaucoup de manifestations à Meaux (je fais une généralité), ce n'est pas le cas. Ce n'est pas grave, c'est juste dommage. Autre exemple, rien n'avait été mis en oeuvre sur le jardin Bossuet (en cours de plantation en ce moment), alors que le musée est le point de vue privilégié pour profiter du jardin : un bel éclairage des jeux de lumières, une installation auraient été bien vus ! Mais y avait pas... tant pis.

J'ai l'impression qu'il est difficile pour les organisateurs des manifestations meldoises, aussi diverses soient elles, de faire preuve d'un peu d'imagination, et de se contenter du minimum... et sincèrement ça me désole, au risque de passer pour un « jamais content» ! Lol.

Enfin il y avait quand même un peu de monde hier soir au musée Bossuet, et c’est la preuve de l’intérêt des gens pour les manifestations culturelles locales… c’est déjà ça.

Rédigé par F.B.

Publié dans #790 Arts du Spectacle

Repost 0
Commenter cet article

yolacouse 18/05/2007 14:33

Je regarde votre site avec attention et je constate que vous parlez rarement de la politique jeunesse meldoise!!Je pense qu'elle est inexistante au quotidien pour les adolescents!!Cela serait peut etre plus utile d'y reflechir plutot que d'embaucher de la police municipale!!