Conseil Municipal du 10 mai 2007

Publié le 11 Mai 2007

Ça faisait depuis Février que le Conseil Municipal meldois n'avait pas tenu séance. Actualité politique obligeait ? Enfin hier soir il y avait du monde puisqu’on ne trouvait plus une chaise de libre dans les rangs du public dés 18h30. Un public plutôt politisé de ce que j'ai pu me rendre compte, de gauche et de droite, et certainement là en raison des dernières élections.

Les points affichés à l'ordre du jour n'étaient pas très intéressants, des choses comme des ajustements de budgets à valider... Bref le rôle un peu chiant de chambre d'enregistrement que joue aussi le conseil municipal. Je suis parti avant la fin.

Mais c'était sans compter l'intervention bien ou mal sentie d'Ange Anziani (ancien maire intérim de Meaux et membre d'un groupe d'élus d'opposition), qui a transformé une fois de plus la salle du conseil en théâtre de boulevard. A l'origine une triste histoire de gestion des finances du CS Meaux Football, à laquelle je consacre un article entier (à suivre).


Enfin mise à part ça,
quelques petites informations intéressantes que je vous propose de partager ici.



D'abord sur la passerelle. Sur "les" passerelles devrais-je dire, puisque si enfin les études sur la future passerelle  qui devrait trouver sa place entre le jardin des Trinitaires et le quartier Luxembourg sont désormais lancées, le sort de la passerelle piétonne du Richemont est quant à lui scellé. Enfin, après presque 3 ans (si je ne me trompe), depuis qu'elle a été fermé, sa destruction est annoncée pour l'été prochain (juillet a-t-on pu entendre lors du conseil, de la bouche de l’élu à l’urbanisme M. Lacroix). Il était temps, puisque son état avait empiré ces dernières semaines (des barres de fer de son tablier piquant du nez dans la Marne). Espérons qu'elle ne s'écroule pas toute seule d'ici là. Je n'ai pas entendu le prix annoncé pour sa démolition (difficile entre sono marchant couci-couça et élus parlant entre leurs dents).



Un budget de près de 200 000 euro (170 500 + 31 000 euro ?) a été voté pour l'animation et la surveillance de la nouvelle Plage. Un prix qui englobe certainement un budget matériel et les salaires des personnels surveillants. La Plage qui ouvrira au public (et certainement donnant lieu à l’occasion à une inauguration comme sait en faire la Mairie de Meaux)
le 10 juillet !



80 000 euro, c'est le prix donné à "l'étude" concernant l'accès aux bâtiments publics de la ville aux handicapés.
Une démarche qui s'inscrit dans le cadre de
la loi « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2005. Une bonne loi je pense, mais qui laisse libre à l'interprétation et oblige aussi dans un effet de "mode"  à faire des choses qui ont un résultat très discutable. Par exemple je me souviens avoir vu il y a quelques temps, lors d'une rencontre handisport, basket, qui avait lieu à Meaux, des sportifs en fauteuil se balader dans les rues de Meaux, et outre qu'il n'ont rien trouvé à voir (c’était un lundi, tous les commerces étaient fermés), ils ont eu des difficultés (et pourtant il s'agit de sportif), à passer les trottoirs pavés au niveau de la cathédrale. Déjà casse gueule pour les valides… Cette anecdote ne veut que montrer l'absurdité de certaines situations et de la façon dont on considère les choses à faire pour améliorer l'accès de la ville aux handicapés. Dans l'absolu je ne pense pas que toute une ville, avec un passé historique, avec ses contraintes modernes, puisse répondre a cette demande d'accès total aux handicapés (et pas seulement fauteuils, mais aussi mal voyants, mal entendants, et aussi personnes âgées, enfants, poussettes, etc.). Et par exemple à Meaux je doute que l'on puisse mettre à niveau le sol du centre ville qui monte vers la cathédrale ! Lol. Mais par contre je pense qu'on peut avoir une volonté sur l'aménagement de l'espace public. Et en ce sens il me semble préférable de plutôt venir limiter la prolifération des mobiliers urbains (bornes, plots, potelets...), mais aussi éviter les sols inadaptés (l'exemple des pavés est typique, surtout qu’ils ont été refait récemment place Charles de Gaule), plutôt que venir bricoler l'espace existant (et parfois mal foutu), comme vouloir foutre à tout prix des bandes podotactiles ridicules (dans certains cas) ! Or c'est le défaut majeur de la municipalité. En fait l'attitude de la municipalité (même sincère) vis a vis du Handicap est la même que celle vis a vis des pistes cyclables : on fait parce qu'il faut ! Sans réellement pousser plus la réflexion. Au final je ne suis pas certain que la ville y soit gagnante : que les aménagements réalisés soient mal fait, ou même bien fait ,qu'ils ne servent à rien, et qu'il faille les revoir un jour ou l'autre, tout ça a l'air d'être un mauvais investissement au final. C’est dommage. Enfin il n’est jamais trop tard pour bien faire. 

Enfin je relève un argument échangé entre Jean François Copé (ou un de ces élus je ne me souviens plus bien) et les élus de gauche qui avaient interpellé la majorité sur la commission handicape de la ville, et ce qui avait été réalisé pour le moment dans le cadre de la loi handicape. Selon Jean François Copé donc, sa municipalité fait plus pour le handicap que ce que n'avait jamais fait celle de Jean Lyon. Il donne notamment l'exemple de la médiathèque de Meaux, et du théâtre Luxembourg dont l'entrée se fait au bas de la salle, anormale pour lui... Pour moi la salle de théâtre est tout à fait bien conçue, et on peut voir par exemple dans les salles de cinéma actuelles, les espaces handicapés se situent souvent au bas de la salle aussi. Enfin apparemment, tout ce qui serait post 1995 serait oublieux des handicapés... Je le rappelle la loi handicap date de 2005 ! Alors on peut reprocher difficilement qu'on avait pas en 1995 le souci de l'accès des handicapés la ville. Effet de "mode" ! Et mauvais argument de l'équipe Copé. Équipe dont on ne peut pas dire qu'elle ne fait rien non plus : mais la loi oblige ! En tout cas la municipalité pourrait aussi faire plus et surtout différemment.



La ville avec l'accord unanime du Conseil Municipal s'apprête à signer son 3eme Contrat Urbain de Cohésion Sociale. La ville va donc poursuivre ses efforts en matière d'urbanisme et de renouvellement urbain, mais aussi en matière sociale, scolaire, etc.

 

Le GRETA (formation professionnelle), et la Maison pour l'Emploi, voulue par Jean François Copé, vont donner lieu à des aménagements de locaux au sein de la cité administrative. Peut-être une bonne chose, de faire venir de nouvelles activités sur la cité administrative, qui est un lieu peu attractif de la ville (pas la meilleure partie de Meaux dirons nous, et pas la plus vivante). En elle mêmes ces structures sont dans l’idée une bonne chose pour l’emploi et pour le bassin de vie meldois.



Enfin les
Muzik'Elles 3eme édition c'est reparti, la programmation ne sera à découvrir qu'a partir de juin, mais déjà un nouveau site en ligne (à retrouver aussi dans les liens), et l'information que cette année la Maison pour Tous (qui devraient ouvrir bientôt au coeur du quartier de Beauval, accueillera aussi une partie des spectacles. On parle d'un tarif de 6 euro unique pour la salle de diffusion de la Maison Pour Tous (appelons la MPT). 14 à 18 euro pour les autres scènes, et 14 euro tarif unique le dimanche sur la scène Tauziet, qui prendra place cette année sur une piste d'athlétisme entièrement rénovée (aujourd'hui à la place de la piste d'athlétisme plus rien qu'un terrain boueux !). Evidement les élus d'opposition de gauche ont une nouvelle fois demandé la gratuité pour les spectacles... Jean François Copé n'est pas pour. Personnellement je me pose la question ! En tout cas il me semble qu'on pourrait faire de l'argent différemment sur cette manifestation que par l'unique vente des billets qui ne rembourse que très partiellement une animation qui coûte un peu plus d'1 million d'euro à la ville. Alors à quand la vente de nourritures, boissons (il y en a déjà, mais...) t-shirt et produits dérivés ?

Rédigé par F.B.

Publié dans #350 Conseils Municipaux

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Muzik'Elles : à propos de l'éventuelle gratuité.Je ne suis pas en faveur de celle-ci, même si je suis en faveur d'une modulation des tarifs en fonction des revenus, des catégories selon les âges, etc. Mais par définition, ce qui est gratuit... n'a pas de valeur. Il doit y avoir participation, même si celle-ci ne couvre pas évidemment l'intégralité des coûts, et si on tient compte des situations e chacun... y compris géographiques! Pourquoi pas un "passeport sportif, culturel et de loisirs meldois" délivré aux habitants de la ville qui donnerait droit à des réductions, étant donné que ce sont eux qui, par leurs impôts, sont à l'origine du financement de toutes ces animations?
Répondre